شرف الدين #البصيري : عن اهتمام #المغاربة بقصيدة #البردة | https://t.co/79JJWd3edc

#Coupures



Abdelkader Messahel : L'Algérie veut consolider un islam de dialogue et d’ouverture sur le monde et la modernité

APS - republié le 14 Décembre 2016

Paris - L'Algérie, dans sa nouvelle architecture d'organisation de la question religieuse, veut consolider un islam de dialogue et d'ouverture sur le monde et la modernité, a indiqué le ministre des Affaires maghrébines et africaines et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.


Abdelkader Messahel
Abdelkader Messahel
"Il s'agit (…) de réhabiliter l'islam traditionnel bâti sur la tolérance et la fraternité. L’action du gouvernement tend à consolider cet islam de dialogue et d'ouverture sur le monde et la modernité et à s'attaquer durablement à la matrice idéologique du terrorisme", a affirmé le ministre dans une interview au mensuel Arabies qui publie un spécial Algérie. 

Il a expliqué que, dans cet objectif, un ensemble de mesures à long terme a été mis en œuvre, citant, entre autres, "la formation des imams, y compris femmes, le rétablissement de la mosquée dans sa mission originelle de centre de rayonnement de la modération et de la tolérance, la centralisation de l'institution de la fetwa, la réhabilitation des zaouias (centres spirituels et sociaux), le développement d'un contre-discours qui valorise l’islam tolérant et discrédite l’extrémisme religieux et politique, la création en cours d'un Observatoire de l’extrémisme religieux ainsi que d’une Académie du Fiqh". 

"Cette nouvelle architecture d’organisation de la question religieuse sera couronnée par la construction en cours de la Grande Mosquée d'Alger (Djamaâ el Djazaïr) qui sera un centre de rayonnement mondial d’un islam de tolérance et de modération", a-t-il ajouté, notant que la stratégie globale du gouvernement "vise à mettre, en Algérie, la religion musulmane, l’islam de nos ancêtres, ainsi que notre jeunesse, à l’abri des manipulations et autres instrumentalisations à des fins nuisibles à la religion elle-même, à l’identité nationale, à la cohésion du peuple et à la stabilité et la sécurité du pays". 

Par ailleurs, le ministre a souligné dans sa politique de déradicalisation, l’Algérie accorde une "grande importance" à la communication et "œuvre à la refonte des textes législatifs et réglementaires et à la mise en place d’institutions de régulation". 

Pour lui, l’Etat de droit, la bonne gouvernance, la justice sociale, la démocratie participative et inclusive, le respect et la promotion des droits de l’homme, ainsi que la lutte contre les fléaux sociaux "sont autant de leviers qui contribuent à la lutte contre l’enracinement des discours extrémistes et contre le terrorisme", soutenant que c'est l'absence de démocratie qui "permet aux logiques de l'exclusion et aux discours uniques de s'imposer, y compris par la violence et la terreur".