le Mercredi 26 Mai 2021

Afrique économie - Afrique du Sud: l'impact de la crise sanitaire sur le chômage [3/3]




Audio 02:21

Salle d'attente du Southern Africa Youth Project, à Diepsloot. © Claire Bargelès

À l’image du reste du monde, l’économie sud-africaine a été très affectée par la pandémie du coronavirus. Le pays le plus touché du continent par le Covid-19 peinait déjà à renouveler son modèle économique avant même la pandémie. La crise sanitaire a donc mis un coup d’arrêt aux efforts de reprise. Un coup fatal ? Le président Cyril Ramaphosa espère encore redresser la situation, notamment grâce à un plan de relance.

Dans le township de Diepsloot, au nord de Johannesburg, les opportunités, qui se faisaient déjà rares, sont de plus en plus dures à trouver.

Installée dans le recoin d’une rue poussiéreuse, l’association Southern Africa Youth Project ne cesse de voir défiler dans ses petits locaux la jeunesse du quartier, en quête de formations ou d’emplois. « Il nous faut vos CV, vos papiers d’identité, et tous vos diplômes. »

Après un an à envoyer des CV un peu partout, Nombuyiselo, 28 ans, espère que l’association pourra la guider dans ses recherches.

« J’ai perdu mon emploi au début de la crise du Covid-19, je travaillais dans un centre d’appel. L’un de mes frères a aussi perdu le sien, et un autre vient d’avoir son bac et cherche du boulot. Donc nous dépendons tous financièrement de mon père et d'un autre de mes frères. Je suis un peu un fardeau, même s’ils ne le disent pas, je représente un poids financier trop lourd. »

Des groupes de parole sont aussi organisés pour échanger les expériences, ainsi que les déceptions.

Khulani gagnait sa vie en faisant la promotion d’une banque dans des centres commerciaux. Lorsqu’il a lui aussi perdu son emploi suite à la pandémie, le jeune homme de 25 ans pensait pouvoir vite retomber sur ses pieds, grâce à son diplôme de licence en développement. Mais depuis 6 mois, il ne trouve pas d’issue. « Je pensais que pour moi, ce ne serait pas trop dur, car j’ai un diplôme. Mais maintenant, je suis prêt à accepter n’importe quoi, même un emploi moins bien payé. C’est très stressant, je ne sais pas si je vais juste devenir un chiffre parmi les statistiques de ceux qui ont fait des études mais qui sont au chômage. »

Le directeur du Southern Africa Youth Project, Clifford Legodi, voit la demande de formations augmenter en ces temps difficiles, et tente de mettre l’accent sur l’importance de maîtriser les outils informatiques. « Avec la pandémie, ceux qui s’en sont sortis ce sont ceux qui travaillaient déjà en ligne. Mais dans les communautés défavorisées comme Diepsloot, beaucoup de gens ont perdu leur emploi. À cause du manque d’accès à internet, les habitants ici sont désavantagés. Certains, qui suivaient déjà nos programmes, ont pu trouver du travail, mais il y en a peu. Beaucoup sont au chômage. »

L’Afrique du Sud devrait renouer avec la croissance cette année, à un taux de 3%. Mais selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), un retour à l’activité économique pré-Covid pourrait prendre jusqu’à 5 ans.



Source : https://www.rfi.fr/fr/podcasts/afrique-%C3%A9conom...