MAP le Samedi 10 Octobre 2020

Bulletin de l'actualité économique européenne du 10/10/2020


Bruxelles - Voici le bulletin de l'actualité économique européenne pour la journée du samedi 10 octobre 2020 :


Union européenne:

- Un mécanisme renforçant la coordination entre les États membres de l'Union européenne (UE) pour mieux contrôler les investissements étrangers deviendra pleinement opérationnel dimanche, a annoncé vendredi la Commission européenne.

Selon un communiqué de l'exécutif européen, ce mécanisme est essentiel pour "préserver les intérêts stratégiques de l'Europe tout en maintenant le marché de l'UE ouvert aux investissements".

Le règlement sur le contrôle des investissements étrangers adopté en mars 2019 a établi un cadre à l'échelle de l'UE dans lequel la Commission européenne et les États membres peuvent coordonner leurs actions en la matière.

Ce cadre porte sur la mise en place du mécanisme de contrôle des investissements étrangers qui sera à même de faciliter l'échange d'informations entre les États membres, sous certaines conditions, en cas d'investissement étranger.

Il permettra aussi à la Commission "d'émettre des avis lorsqu'un investissement constitue une menace pour la sécurité ou l'ordre public de plus d'un État membre", ou qu'il compromet "un projet ou un programme d'intérêt pour l'ensemble de l'UE.

D'après des données de la Commission européenne, l'UE est la principale destination des investissements directs étrangers dans le monde. Ils s'élevaient à 6.441 milliards d'euros fin 2017.

France:

- Les aides du Fonds de solidarité, mis en place dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour venir en aide aux TPE et préserver les emplois, ont été élargies à 75.000 entreprises supplémentaires, a annoncé le ministre français de l'Economie, des finances et de la relance, Bruno Le Maire.

Ces entreprises viendront s’ajouter aux quelque 150.000 TPE qui bénéficiaient des aides du Fonds de solidarité depuis sa mise en place, a précisé le ministre dans des déclarations relayées par les médias de l’hexagone.

Ce fonds réservé en début de crise sanitaire aux secteurs du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport, sera ainsi étendu à des secteurs annexes qui étaient exclus de l'aide mais fortement impactés par la crise économique lié à la pandémie de la Covid-19, a précisé Bruno Le Maire.

Danemark:

- Une majorité au Parlement danois a soutenu les projets du gouvernement visant à stimuler les exportations du pays, dans le sillage des efforts visant la reprise économique suite à la pandémie de coronavirus.

Le forum en charge, aux côtés de huit «équipes de redémarrage», a soumis à la mi-septembre une liste de recommandations, qui constitue le socle de nouvelles initiatives pesant 485 millions de couronnes.

"Les exportations doivent augmenter, les voyageurs d'affaires doivent pouvoir voyager plus facilement et les besoins des entreprises doivent être pleinement pris en compte… L’accord d’aujourd’hui est une étape importante dans cette voie", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Jeppe Kofod.

Quatre domaines en particulier ont été ciblés par les plans : un meilleur accès aux voyages d’affaires, une augmentation du marketing international, des solutions de commerce électronique et de transformation numérique, et des initiatives de "redémarrage vert".

"Au Danemark, nos entreprises sont extrêmement qualifiées pour exporter à la fois des produits et des services, mais aussi des idées vertes, et nous devons nous assurer de protéger cela, même si la crise des coronavirus fait rage partout dans le monde", a déclaré Simon Kollerup, ministre du Commerce et de l’industrie.

Le paquet de redémarrage a bénéficié d'un fort appui de l’ensemble du spectre politique, la majorité des partis étant unis dans leur désir de voir les industries danoises soutenues financièrement pendant la pandémie.

Suisse:

- En 2020, la Suisse a échangé des renseignements sur des comptes financiers avec 86 Etats. Les informations transmises ont porté sur 3,1 millions de comptes, selon l'Administration fédérale des contributions (AFC) que ne précise pas le volume financier que cela représente.

L'échange s'inscrit dans le cadre de la norme mondiale sur l'échange automatique de renseignements (EAR). Cette année, la Suisse a élargi à onze Etats la procédure, à savoir Anguilla, Aruba, Bahamas, Bahreïn, Emirats arabes unis, Grenade, Îles Marshall, Israël, Koweït, Nauru et Panama, a indiqué vendredi l'AFC.

Avec 66 Etats, l'échange de données était réciproque. Les 20 Etats restants ont transmis des renseignements à la Suisse, mais n'en ont pas reçu en contrepartie. Deux raisons à cela: soit ils ne remplissaient pas encore les exigences internationales en matière de confidentialité et de sécurité des données (9), soit ils avaient renoncé volontairement à une livraison des données (11).

En accord avec le Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales, 38 Etats fourniront les renseignements à la Suisse d'ici au 31 décembre 2020. Ils ont rencontré des difficultés techniques et pris du retard en raison de la pandémie du coronavirus.

- L'initiative qui sera soumise référendum le 29 novembre en Suisse, avec en ligne de mire l'inzterdiction du financement des producteurs de matériel de guerre dans le monde représente de nombreux inconvénients notamment pour l'économie et la place financière hevétiques, selon la ministre de l'économie Guy Parmelin. 

La Banque nationale suisse (BNS), de même que les fondations et les institutions de prévoyance, ne pourraient plus financer les entreprises réalisant plus de 5% de leur chiffre d'affaires annuel avec ce matériel, selon les porteurs de l'initiative.

L'octroi de crédits, de prêts et de donations, ainsi que la prise de participation et l'acquisition de titres, figureraient parmi les types de financements interdits. Le texte demande par ailleurs que la Confédération s'engage afin que les banques et les assurances soient soumises à des conditions analogues.

Pour Guy Parmelin, le texte va trop loin. "Aucun autre pays n'applique une interdiction de financement aussi radicale." Utopique et inutile, l'initiative nuirait à l'économie et à la place financière suisses, a-t-il dénoncé devant la presse à Berne.

Espagne:

- Le chiffre d'affaires de l'industrie a baissé de 10,6 % en juillet dernier par rapport au même mois de 2019, un taux inférieur de six dixièmes à celui de juin et inférieur de 30 points à la chute historique d'avril, où la paralysie presque totale du secteur pendant la première moitié du mois a entraîné une baisse des ventes de plus de 40%.

Avec la baisse de juillet, le chiffre d'affaires de l'industrie enchaîne cinq mois consécutifs de taux interannuels négatifs en raison des effets de la crise sanitaire sur le secteur, selon les données publiées par l'Institut national de la statistique (INE).

Par secteurs, ils ont tous réduit leur chiffre d'affaires d'une année sur l'autre en juillet. La plus forte baisse des ventes a été enregistrée dans le secteur de l'énergie (-44,4 %), suivi des biens intermédiaires (-9,2 %), des biens d'investissement (-8,4 %), des biens de consommation non durables (-5,6 %) et des biens de consommation durables (-0,3 %).

Pour leur part, les branches qui ont le plus augmenté leur chiffre d'affaires par rapport à juillet 2019 sont la fabrication de motos, de vélos, de véhicules pour handicapés et d'autres matériels de transport (+32,1%), l'industrie du tabac (+15,4%) et la fabrication d'appareils électroménagers (+7,8%).

Grande-Bretagne: 

- Le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak a annoncé un nouveau programme de soutien à l'emploi qui paiera les deux tiers des salaires des travailleurs dans les restaurants et les pubs, après la décision de la fermeture de ces derniers dès 22h dans le cadre des restrictions liées au coronavirus. 

L'annonce "arrangée à la hâte", selon le quotidien The Guardian, a été faite dans un message vidéo publié par le Trésor, alors que Downing Street informait les dirigeants locaux du nord-est et du nord-ouest de l'Angleterre des restrictions difficiles qui devraient être introduites la semaine prochaine.

Des versements aux entreprises tenues de fermer à cause de confinement locaux seront aussi relevés à 3.000 livres sterling par mois, ajoute la même source. 

Les précédentes mesures annoncées il y a deux semaines ne s'appliquaient qu'aux postes à temps partiel: les employés devaient travailler minimum un tiers de temps, et le gouvernement ne prenait en charge que 22% de leur salaire habituel, les entreprises devant s'acquitter de 55%. 





Nouveau commentaire :
Twitter

Le Fil | Coupures | Flash | Marrakech