1999-2018: un engagement royal sans faille pour une co-émergence de l'#Afrique | @scoopit https://t.co/GJklVPOR1Q

#Coupures



Le Maroc investit dans la réforme religieuse pour ériger un modèle alternatif au salafisme

MAP - republié le 20 Décembre 2016

Paris - Le Maroc investit dans la réforme religieuse pour ériger un modèle alternatif au salafisme, écrit mardi le quotidien français Libération.


La publication relève que depuis mars 2015, l'Institut Mohammed VI de formation des imams forme une nouvelle génération de représentants musulmans, dont une promotion de Français, ajoutant qu’un millier d’étudiants sont ici formés à la pratique de l’imamat. 

Ils viennent du Maroc, bien sûr, mais aussi du Mali, du Sénégal, de Côte-d’Ivoire, de Guinée, du Nigeria et, depuis l’an dernier, de France, rappelle l’auteur de l’article, faisant observer qu’attirés par le modèle marocain de l’encadrement religieux, ces pays ont signé des conventions de formation pour leurs propres ressortissants. 

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a été le premier à demander l’aide de SM le Roi Mohammed VI, en 2013, alors qu’il venait d’être élu à la tête d’un pays frappé par le jihadisme, poursuit la publication, notant qu’en France, l’idée a germé en 2015, dans la foulée des attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher. 

Quelques mois plus tard, l’Union des mosquées de France envoyait au Maroc une première promotion, précise le journal, notant que l’Institut est présenté comme un antidote à l’extrémisme.

SM le Roi a initié une ambitieuse réforme du champ religieux, souligne Libération, mettant l’accent sur les investissements massifs dans la construction et la rénovation des mosquées. 


Tags : islam, Maroc