MAP le Mardi 6 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 06/10/2020


Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :


L’Economiste :

• ODD : les défis de l’industrie. Intégration locale, formation adaptée aux nouvelles exigences de la productivité et de la compétitivité, intégration des entreprises nationales à la dynamique industrielle… Ce sont là les défis à relever pour accélérer le processus industriel. Ces défis sont établis dans le rapport national 2020 sur la mise œuvre des Objectifs du développement durable (ODD). Le tout sans oublier l’amélioration de la balance des paiements en favorisant les achats de produits et services auprès du tissu local. Selon le rapport, les différents projets d’investissement concrétisés dans le cadre de ce plan ont permis la création de plus de 405.000 emplois entre 2014 et 2018 dont 49% ont profité aux femmes. En tout cas, les nouveaux métiers mondiaux ont attiré d’importants investissements directs étrangers : le secteur industriel a ainsi bénéficié de 18% du total des IDE en 2018, ce qui le place au 2ème rang après les assureurs. • Un nouvel ordre régional pour les experts comptables. C'est une première. Un ordre des experts comptables qui coiffe trois régions (Fès-Meknès, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l'Oriental) vient d'être constitué. C'est ce qui ressort de l'assemblée générale élective qui s'est tenue dernièrement à l'Université privée de Fès et qui a porté Mohammed Amouri à la tête de ce nouveau Conseil à la circonscription élargie. Elu à l’unanimité, Amouri a préparé un vaste plan d'action pour son mandat. «Notre objectif est d'assurer des missions de formation au profit des confrères de la région, le suivi des stages professionnels des futurs experts comptables, le contrôle qualité des cabinets et des professionnels, et la discipline», déclare-t-il journal. 

Le Matin :

• Signature de contrats-programmes pour relancer les secteurs de l'évènementiel, des traiteurs et des parcs d’attractions et de jeux . Deux contrats-programmes relatifs à la relance du secteur de l'évènementiel et des traiteurs et du secteur des parcs d’attractions et de jeux ont été signés, lundi à Rabat, en marge de la 10ème réunion du Comité de Veille Economique (CVE). A travers une panoplie de mesures de soutien économique et financier et d’autres mesures transverses, ces deux contrats-programmes visent à impulser les activités relevant de ces deux secteurs et à préserver le tissu des entreprises y opérant et l’emploi. Les acteurs concernés par le contrat-programme pour la relance du secteur de l’évènementiel et des traiteurs sont les traiteurs, les loueurs d’équipements techniques liés à l'événementiel (son, lumière, vidéo, etc.), les loueurs d’espaces dédiés à l’événementiel (salles, chapiteaux, etc.), les loueurs de mobilier dédié à l’événementiel et les prestataires de services pour l’événementiel.

• Tarfaya: Les élus, chioukhs et notables dénoncent la création d'entités hostiles à l'intégrité territoriale du Royaume . Les élus, chioukhs et notables des tribus sahraouies de la province de Tarfaya ont dénoncé la création d'entités hostiles à l’intégrité territoriale du Royaume et au service des agendas étrangers, en exploitant l'atmosphère de liberté et de démocratie qui règne au Sahara marocain pour porter atteinte à la souveraineté et aux constantes nationales. La création de ce genre d’entités fantoches, qui "servent principalement l'agenda des séparatistes du +polisario+ et de leurs soutiens", vise à donner dans la provocation en vue de porter préjudice à l'intégrité territoriale du Maroc et à ses acquis constitutionnels et en matière de droits de l'homme, ont souligné les élus, chioukhs, notables saharaouis dans un communiqué lu à l’issue d’une réunion tenue samedi à Tarfaya. De par leurs responsabilités et leur devoir patriotiques, les représentants des habitants de la province de Tarfaya ont condamné à l'unanimité "ce type d’actes de provocation qui se répètent chaque fois que les manœuvres, allégations et mensonges des séparatistes et de leurs soutiens, dans le voisin de l’Est, soient mises à nus et démenties", ajoutant que les Marocains de Tanger à Lagouira ainsi que la communauté internationale se sont habitués à ce genre d'agissements.

Aujourd’hui le Maroc :

• La CNOPS au bord du gouffre . On savait la situation de la CMR compliquée mais voilà que la CNOPS vient s’ajouter à la liste. En effet, la caisse qui couvre une bonne partie des fonctionnaires traverse une zone de turbulences depuis 2017. Au cours de la réunion du groupe de travail chargé de la législation dans le domaine de la santé au Parlement il y a quelques jours, la sonnette d’alarme a été tirée. Pour financer son déficit devenu au fil des années chronique, la Caisse sera bientôt amenée à puiser dans ses réserves pour retrouver un équilibre précaire. Le hic, c’est qu’à ce rythme, les réserves ne couvriront que deux années avant de s’épuiser. Dans un scénario-catastrophe, la CNOPS risque de s’effondrer financièrement en 2022.

• Contribution libératoire: Les pharmaciens obtiennent un accord avec la DGI . La Direction générale des impôts (DGI) et les pharmaciens ont signé lundi 5 octobre une convention relative à la régularisation de leur situation fiscale sur la période 2016/2017/2018. Ainsi, les pharmacies dont le chiffre d’affaires est inférieur à 500.000 DH, le minimum retenu a été fixé à 1.000 DH par an. Entre 500.000 et 1 MDH, le montant à débourser est de 1.500 DH/an. Au-delà d’un million DH, il y a deux paramètres à respecter : la marge brute qui doit être supérieure ou égale à 27% et le résultat net fiscal qui doit être supérieur ou égal à 8%. Si la pharmacie est dans les normes de ces deux paramètres, elle paie 0,5% du CA par an. Dans le cas où la pharmacie sous-déclare un des deux paramètres, elle fait une déclaration rectificative ramenant le paramètre défaillant aux normes définies (les 27% et les 8%) sans pour autant que le montant à régler soit inférieur à 0,5% du CA.

Maroc le Jour : 

• Code du Travail: l'exécutif engagé en faveur du dialogue. Le chef du gouvernement Saad Dine El Otmani a affirmé, l'engagement résolu de l'exécutif en faveur du dialogue avec les partenaires sociaux et économiques concernant toutes les questions du travail. Ouvrant un séminaire organisé par le ministère du Travail et de l'insertion professionnelle sous le thème "Code du travail: entre texte juridique et application effective", El Otmani a mis en avant l'urgence de se pencher sur ce dossier compte tenu des répercussions sociales et économiques de la pandémie de Covid-19 et, en particulier, des multiples défis qui en découlent pour le monde du travail. Selon lui, il s'avère opportun de mener une réflexion sur les dispositions de la loi relative au Code du travail qui suscite l'intérêt des différentes institutions de l’État et des franges de la société marocaine en ce sens qu'elle réglemente les relations individuelles et collectives du travail. • Nations Unies : AERED obtient le statut consultatif auprès du Conseil économique et social. Le Comité des organisations non gouvernementales des Nations Unies a octroyé à l’Association marocaine d’études et de recherches pour le développement (AERED) le Statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC). Ce Comité des ONG des Nations Unies, réuni en juin 2020 à New York, a examiné 637 demandes, présentées par des associations représentant toutes les régions du monde et en a retenu 66, dont l’AERED, présidée par M. Driss Guerraoui. Selon un communiqué de l'association marocaine, ce résultat couronne plus de 40 années de travail de l’AERED au service d’actions de formation, d’études et de recherches dans les domaines de l’économie du développement, de la protection sociale, de l'emploi des jeunes, du développement rural, de l’intelligence économique et de la prospective des territoires au Maroc, en Afrique et dans le monde, notamment à travers son réseau international d’experts de l’Université ouverte de Dakhla, ainsi que celui du Forum des associations africaines d’intelligence économique.

L’Opinion :

• Infrastructure 5G : Le Maroc face au choix de l’équipementier. Partout dans le monde, les débats sur la 5G battent leur plein dans un contexte marqué par un bras de fer entre la Chine et les Etats-Unis. Si le Maroc a entrepris les modifications juridiques nécessaires et les tests techniques préalables pour commencer la mise en place des premières infrastructures dédiées à la 5G, le choix officiel de l’équipementier qui accompagnera le Royaume dans son tournant numérique n’a toujours pas été fait. En attendant, la première plate-forme industrielle 4.0 a été lancée il y quelques jours à Fès alors que Huwaei et Ericsson ont respectivement réitéré leur volonté de d’assister le Maroc dans la mise en œuvre de la 5G. Au-delà d’être uniquement technique, le choix du Royaume sera également géopolitique. 

• Interdiction de la « Marche d’El Guergarat ». Une source sûre au ministère de l’Intérieur a affirmé qu’aucune autorisation n’a été émise pour organiser "la marche de la paix pour resserrer les liens de Rabat à El Guergarat". Suite aux informations véhiculées sur les réseaux sociaux faisant état d’un appel à organiser une marche appelée "marche de la paix pour resserrer les liens de Rabat à El Guergarat" à partir du 16 octobre 2020, une source sûre au ministère de l’Intérieur indique qu’aucune autorisation n’a été émise pour l’organisation de cette marche. La même source ajoute que toute activité de ce genre sera également interdite.

Al Bayane :

• L'enseignant assume un rôle crucial dans la promotion du système d'éducation et de formation . L'enseignant assume un rôle crucial dans la promotion du système de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique, a souligné le ministre de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi. Dans un message adressé au corps enseignant à l'occasion de la Journée mondiale des enseignants (05 octobre 2020), M. Amzazi a mis en avant l'esprit de dévouement et d'abnégation dont font montre les enseignants au service d'un apprentissage de qualité à même de favoriser une intégration réussie des générations montantes dans la société et leur implication dans le chantier du nouveau modèle de développement. Cette journée, placée cette année sous le thème "enseignants: leaders en temps de crise et façonneurs d'avenir", est l'occasion de rendre hommage aux efforts consentis par le corps enseignant pendant l'année scolaire précédente ainsi qu'à leur engagement pour faire réussir la saison scolaire actuelle avec toutes ses échéances dans un contexte exceptionnel marqué par la pandémie de Covid-19.

• Diffusion cours sur les chaînes TV nationales . Les cours programmés au titre de l'année scolaire 2020-2021 seront diffusés sur les chaînes de télévision nationales à partir de lundi pour les trois filières d'enseignement, a annoncé le ministère de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans un communiqué publié dimanche, le ministère porte à la connaissance des élèves, leurs parents et tuteurs que les leçons relatives aux programmes scolaires 2020-2021 seront diffusées sur les chaînes TV Athaqafia, Tamazight et Laâyoune, à partir de lundi jusqu'à samedi pour les trois filières d'enseignement. Le planning des cours et la grille détaillée des programmes de chaque chaîne sont disponibles sur le site officiel du ministère www.men.gov.ma et sur sa page officielle sur les réseaux sociaux, relève la même source, notant que ces cours en vidéo sont aussi accessibles sur la plateforme électronique "TelmidTICE". 

Al Massae :

• Coronavirus: les chiffres ne cessent de grimper . Bien que les laboratoires privés sont autorisés à effectuer les tests de dépistage relatifs au Covid-19, le nombre des tests effectués semblent stagner. En effet, le nombre de tests effectués devrait augmenter, ce qui implique une augmentation des cas positifs enregistrés. A Casablanca, le nombre de tests quotidiens devrait passer de 4.000 tests à 10.000 tests. En attendant, les chiffres ne cessent de grimper. Ainsi, entre le 3 et le 4 octobre, 2.044 nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été enregistrés, ramenant à 133.272 le nombre total des cas de contamination jusqu'au 4 octobre (18H). Le nombre total de patients guéris a, pour sa part, atteint 111.036 à la même période, avec un taux de guérison de 83.3%. Les nouveaux cas de contamination ont été détectés dans les régions de Casablanca-Settat (966), Rabat-Salé-Kénitra (230), Souss-Massa (175), Marrakech-Safi (151), Béni Mellal-Khénifra (115), Darâa-Tafilalet (108), Fès-Meknès (80), l'Oriental (72), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (64), Laâyoune-Sakia El Hamra (55), Guelmim-Oued Noun (16) et Dakhla-Oued Eddahab (12).

• En pleine crise, les collectivités territoriales réalisent un excédent de 4,4 MMDH. La situation des charges et ressources des collectivités territoriales dégage un excédent global de 4,4 milliards de dirhams (MMDH) à fin août 2020 contre un excédent global de 5,5 MMDH enregistré un an auparavant, selon la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Cet excédent tient compte de dépenses d'investissement de 6,7 MMDH et d'un solde positif des comptes spéciaux et des budgets annexes de 619 millions de dirhams (MDH), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances locales de août 2020. Ledit bulletin fait également état d'une diminution des recettes ordinaires des collectivités territoriales de 9,3% à 25,4 MMDH. Ce recul s'explique par la baisse des recettes transférées de 6,8%, des recettes gérées par l'Etat (14%) et des recettes gérées par les collectivités territoriales (13,1%).

Libération :

• Le chef de l'ONU se félicite de la coopération exemplaire du Maroc avec la MINURSO . Dans son dernier rapport sur le Sahara marocain, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est félicité de la pleine et entière coopération du Maroc avec la MINURSO. En effet, M. Guterres a fait part de sa pleine satisfaction au sujet de la coopération avec les Forces Armées Royales (FAR), notamment pour l’excellent niveau d’échanges dans le cadre du mécanisme bilatéral de travail et de coordination qui regroupe les FAR et la MINURSO, ce qui a permis de résoudre un nombre important de questions en suspens. Le Secrétaire général a également mis en exergue le soutien significatif apporté par le gouvernement marocain à la MINURSO, citant notamment «la fourniture rapide des résultats des tests Covid-19 pour le personnel de la Mission onusienne», ainsi que « l’accès du personnel onusien aux vols spéciaux », facilitant ainsi grandement les rotations du personnel de la MINURSO.

• Atelier d'accompagnement des femmes fonctionnaires des collectivités territoriales d'Essaouira et de Safi. Un atelier dédié à l'accompagnement de l'action des femmes fonctionnaires et des femmes membres des Instances de l'Equité, de l'Egalité des Chances et de l'Approche Genre (IEECAG) dans les collectivités territoriales des provinces d'Essaouira et de Safi a été organisé, du 1er au 3 octobre, dans la Cité des Alizés. Initié par le Forum des Fédérations du Canada en partenariat avec le Conseil provincial d'Essaouira et l'association "Aspirations féminines", cet atelier s'inscrit dans le cadre du parachèvement du processus de renforcement et d'accompagnement de ces femmes dans le cadre du programme "Autonomisation des femmes pour les rôles de leadership dans la région MENA : Maroc, Tunisie et Jordanie". La première journée de cet atelier a été marquée par une rencontre de communication organisée au siège du conseil provincial d'Essaouira, en présence de la présidente du Forum des fédérations du Canada au Maroc, d'experts de cette organisation, du président du conseil et de la directrice générale des services, ainsi que de plusieurs femmes fonctionnaires. 

Al Yaoum Al Maghribi :

• Deux conventions entre la FNM et l'IRESEN: Les musées du Maroc se mettent au vert . La Fondation nationale des musées (FNM) et l'Institut de Recherche en Énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) ont décidé de renforcer leur coopération à travers la signature de deux conventions. Il s'agit d'une convention cadre de partenariat et de coopération entre les deux institutions et une convention spécifique pour la mise en place des panneaux solaires au musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (MMVI). Le MMVI se met désormais au vert, a déclaré à la MAP M. Qotbi, en marge de la cérémonie de signature de ces deux accords, exprimant le souhait de généraliser cette initiative sur tous les musées du Royaume. Cette démarche écologique se conjugue à la perspective du "chemin vert de la culture, une contribution de la culture pour sauver la planète", a relevé le président de la FNM. Pour sa part, Ikken s'est félicité de la signature de ces deux conventions, notant que l'objectif est d'évaluer et analyser le bilan énergétique du musée MMVI et développer ainsi des solutions innovantes au profit des musées du Royaume.

• Sahara marocain: Les réalisations du Maroc en matière des droits de l'Homme relevées dans le rapport du SG de l'ONU . Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a, dans son rapport aux membres du Conseil de sécurité, mis en exergue les efforts et réalisations du Maroc pour la promotion et la protection des droits de l'Homme et des libertés fondamentales au Sahara marocain. A cet égard, le Secrétaire général s’est référé à la lettre qui lui a été adressée par l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations-Unies, Omar Hilale, le 14 août 2020, présentant les avancées du Royaume en matière de respect, promotion et protection des droits de l’Homme au Sahara marocain. M. Guterres a ainsi porté à la connaissance du Conseil de sécurité qu’il a reçu des informations sur «la promotion et la protection quotidiennes des droits de l'Homme et des libertés fondamentales » dans le Sahara marocain, ajoutant qu’il a, également, été saisi «des violations des droits de l’Homme, des libertés fondamentales et du droit international humanitaire dans les camps de Tindouf».

Akhbar Al Yaoum :

• EEP : baisse de la moyenne des délais de paiement à 38,02 jours à fin août 2020. La moyenne des délais de paiement déclarés par l’ensemble des Établissements et entreprises publics (EEP) a atteint 38,02 jours à fin août 2020 contre 40,50 en juillet 2020, a annoncé, mercredi, la Direction des entreprises publiques et de la privatisation relevant du ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration. Cette moyenne était de 40,58 jours en juin 2020 et 42 jours à fin décembre 2019, ce qui confirme, globalement, la tendance positive constatée depuis décembre 2018, a ajouté la même source dans un avis à l'occasion de la publication par le ministère des délais de paiement déclarés par les EEP concernant le mois de août 2020 et ce, au niveau de la rubrique de l’Observatoire des Délais de Paiement (ODP). Cette publication à caractère mensuel s’inscrit dans le cadre de la démarche progressive adoptée par le ministère depuis la publication effectuée le 31 octobre 2019.

• L'ACAPS retire l'agrément de Sanad et autorise le transfert de son portefeuille à Atlanta. L'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) a annoncé avoir autorisé le transfert de la totalité du portefeuille de l'entreprise d’assurances et de réassurance Sanad à l’entreprise d’assurances et de réassurance Atlanta. L'ACAPS a également annoncé dans un communiqué le retrait d’agrément de l’entreprise d’assurances et de réassurance Sanad suite à la réalisation de l’opération de transfert de portefeuille de cette entreprise à Atlanta. Les décisions du président de l’Autorité relatives au transfert de portefeuille de Sanad à Atlanta et au retrait d’agrément de Sanad ont été publiées au Bulletin Officiel du 24 septembre 2020, a fait observer l'ACAPS, notant que ces décisions sont entrées en vigueur le 26 septembre 2020. L'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) avait validé en septembre dernier l'augmentation de capital de la compagnie d'assurances et de réassurances Atlanta au titre de l'opération de fusion-absorption de Sanad.

Assahraa Al Maghribiya :

• Moussali: "Les enfants sont les plus affectés en temps des crises" . La ministre de la Solidarité, du développement social, de l'égalité et de la famille, Jamila Moussali, a appelé à redoubler d'effort pour faire face aux défis relatifs à la protection des enfants, insistant sur l'impératif du d'une action commune à même de garantir des services de proximité efficaces et adéquats pour la protection des enfants et des familles. Intervenant à l'occasion de la sixième réunion du comité technique chargé du suivi de la mise en œuvre des politiques et des plans nationaux dans le domaine de la promotion de la situation de l'enfance, la ministre a relevé que cette rencontre constitue l'occasion de définir les moyens permettant d'accélérer la cadence de l'exécution, l'élargissement du champ du lancement des instances territoriales. Ces démarches permettront, selon elle, de fournir des réponses en phase avec la centralité grandissante de la question de la protection de l'enfance, notamment dans le sillage des répercussions de la pandémie du Covid-19. Les enfants sont les plus affectés dans les crises de ce genre, a-t-elle indiqué, notant que la protection de l'enfance est une question commune.

• Dakhla-Oued Eddahab: La société civile dénonce les manœuvres portant atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume. Des acteurs de la société civile de la région de Dakhla-Oued Eddahab ont dénoncé les manœuvres visant à porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume et à ses acquis constitutionnels et en matière de droits humains. "En tant qu'associations de la société civile, nous sommes convaincues de la justesse et la légitimité de notre première cause nationale et nous condamnons ces manœuvres dénuées de toute légalité juridique ou fondement en droit international, tout en soutenant le droit du Royaume à défendre l'ensemble de son territoire de Tanger à Lagouira", ont souligné ces acteurs de la société civile dans des communiqué rendus publics à l’issue des réunions tenues dimanche à Dakhla. Les tentatives d’obstruer la circulation civile et commerciale et la liberté de mouvement au post-frontière El Guerguerat ainsi que l’annonce de la création d’une entité fantoche à Laâyoune avaient pour objectif de "faire diversion sur ce qui se passe dans les camps de Tindouf, à l'instigation du régime algérien, ce qui représente une menace pour la paix et la sécurité internationales", ont-ils fait observer.

Al Ahdath Al Maghribya :

• Vaccin anti-covid : les dernières étapes des essais cliniques . Les essais cliniques du vaccin chinois anti-covid-19, entrepris par les experts de la société Sinopharm avec leurs homologues marocains, entamera sa dernière phase. Il sera procédé à cette dernière phase du protocole dès la semaine prochaine. Une étape où les experts chinois de la société Sinopharm devraient prélever 12,5 millilitres de sang chez le volontaire pour effectuer des analyses sur les anticorps. En effet, le sang prélevé sera mis en contact avec le virus du corona dans les laboratoires de Sinopharm, en Chine. Cette coopération va permettre au Royaume de disposer d’une quantité suffisante de ce vaccin et d’entamer sa fabrication localement pour assurer, par la suite, son exportation vers l’Afrique.

• CDG Prévoyance distinguée par 3 Certificats d'excellence par l'AISS . CDG Prévoyance a été distinguée par l’Association Internationale de Sécurité Sociale (AISS) par 3 Certificats d’excellence en reconnaissance de l’achèvement de trois programmes dans les domaines de la Bonne Gouvernance, des Technologies de l’Information et de la Communication, et de la Qualité de Services, d’après un communiqué. Selon la même source, CDG Prévoyance est la première institution, parmi les 330 membres de l’AISS répartis dans plus de 150 pays, à se voir attribuer ces trois distinctions de manière consécutive. En matière de Bonne Gouvernance, CDG Prévoyance a misé sur une séparation des pouvoirs entre les fonctions exécutives et de gouvernance, ainsi qu’à instaurer la définition des normes de performance au moyen d’un nouveau dispositif de gestion de son activité d’investissement.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le Maroc premier fournisseur de poivrons en Espagne. Le Maroc a exporté plus de 60.300 tonnes de poivrons en Espagne, selon les données du service statistique d’Estacom ( Icex-Tax Agency), correspondant à la période comprise entre le 1er août 2019 et le 31 juillet 2020. En effet, le Royaume a vendu plus de 60,3 millions de kilos de poivrons en Espagne pour une valeur 58,59 millions d’euros, avec un prix moyen de 0,972 euros le kilo. Ceci représente 84,9% du volume total (71.020 tonnes) importé par l’Espagne. Ainsi, le Maroc est de loin le premier fournisseur de ce produit agricole en Espagne, rapporte Hortoinfo. Le Maroc est suivi de loin par l’Allemagne avec 4.810 tonnes de poivrons vendus à l’Espagne lors de la campagne agricole 2019/2020, pour une valeur de 6,12 millions d’euros et un prix moyen de vente de 1,272 euros le kilo. Vient ensuite la France à la troisième place, qui a fourni à l’Espagne 2.110 tonnes de poivrons pendant la campagne pour 2,21 millions d’euros et un prix moyen de 1,046 euro le kilo.

• Facture alimentaire: 4 milliards de dollars en 8 mois. Les achats des produits alimentaires ont augmenté de 7,54 MMDH durant les premiers 8 mois de 2020, selon l'Office des changes qui précise que la facture alimentaire du Maroc, durant ces 8 mois, a été de 39 milliards de dirhams (4 milliards de dollars), contre 31.6 milliards de dirhams une année auparavant, soit une augmentation de 23.8%. La sécheresse qui sévit au Maroc pour la deuxième année consécutive, conjuguée à une faible production locale, a entraîné une hausse des besoins du pays en produits alimentaires importés. Selon les données de l'Office, les importations en matière de blé pour le mois d'août dernier, qui ont augmenté de 51.8%, se sont facturées à 9.7 milliards de dirhams, enregistrant une hausse de 3.3 milliards par rapport au moins d'août 2019. Pour ce même mois d'août, les achats en orge ont coûté 1.5 milliards de dirhams de plus que l'année précédente. Le besoin en produits alimentaires est parti pour durer encore quelques mois, notamment en matière de céréales, dont la production a été négativement impactée par la faible pluviométrie.

Al Alam :

• La BM liste les financements accordés au Maroc en 2020. La Banque mondiale a procédé à la restructuration d'un prêt de 275 millions de dollars à l’appui des politiques de développement pour la gestion des risques de catastrophe, assorti d’une option de tirage différé en cas de catastrophe (ou Cat DDO). En outre, l'appui de la Banque mondiale au Maroc concerne l'élargissement du réseau des routes rurales, et du réseau de Tramway de Casablanca. Par ailleurs, la BM a fait savoir qu'au titre de l'année financière 2020, et en réponse à la propagation du Coronavirus, l'institution financière a approuvé 7 nouvelles opérations, d'une valeur totale de 177 millions de dollars en faveur de la région MENA, soulignant que le Royaume a également bénéficié d'un autre appui consistant à la mise en place de réformes au niveau des chaînes de valeurs du secteur de l'habitat. Ce projet consiste au développement des quartiers insalubres, le mise à jour des lois relatives à la construction et la location, ajoute la Banque, précisant que plus de 100.000 foyers exerçant dans le secteur informel ont pu accéder à un financement immobilier. 

• OFPPT: Le budget nécessaire à la réalisation du plan d'action 2020 dépasse 4,5 MMDH. Le budget global nécessaire à la réalisation du plan d'action de l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) s'élève à 4.504,4 millions de dirhams (MDH), soit une évolution de 16% par rapport au budget 2019. Cette année verra la concrétisation des projets de la nouvelle feuille de route, traduits dans le business plan de l'OFPPT 2020-2024, particulièrement le lancement des travaux de 9 Cités des Métiers et des Compétences (CMC), de 7 projets dans le cadre du Fonds Charaka (MCC) et de 15 projets d'Etablissements dont 11 autres en partenariat avec la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, a souligné la directrice générale de l'Office, Loubna Tricha, cité par un communiqué sanctionnant les travaux du Conseil d'administration (CA) de l'OFPPT, tenu mercredi, sous la présidence de ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaïd Amzazi.





Nouveau commentaire :
Twitter

Le Fil | Coupures | Flash | Marrakech