MAP le Vendredi 9 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 09/10/2020


Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:


L’Economiste :

• Tourisme : l’hécatombe sociale guette l’hôtellerie. C’est l'hécatombe sociale qui guette le secteur de l'hôtellerie. Fermés depuis le confinement, des établissements n'ont pas vu l'ombre d'un touriste depuis mars dernier et plusieurs d'entre eux sont en train de préparer des plans sociaux pour licencier le personnel. Après 7 mois d'arrêt, les trésoreries sont à sec et les perspectives ne sont pas bonnes, alertent les patrons des unités. En effet, malgré les dispositions d'aide mises en place pour le secteur, ce dernier reste sinistré et ses entreprises n'ont plus les moyens de repousser l'échéance du licenciement alors que les frontières sont maintenues fermées. La Fédération nationale de l'industrie hôtelière (FNIH) vient de saisir le chef du gouvernement pour le sensibiliser à cette crise sans précédent. «L’inaction risque de mettre en péril le secteur et les efforts déployés pendant de longues années», peut-on lire dans un courrier adressé au Chef du gouvernement. • Covid-19 : Marrakech reçoit 18 avions par semaine. A défaut d'une ouverture aérienne, le Maroc a décidé d'un assouplissement des conditions d'accès au territoire marocain pour les étrangers et ce, dans le cadre des vols spéciaux. Depuis le 1er octobre 2020, les conditions d'accès au territoire national ont été allégées. Ainsi, les voyageurs doivent disposer d'un test PCR négatif ne dépassant pas les 72 heures au lieu de 48 heures exigées auparavant et le test sérologique n'est plus exigé. Sauf que le trafic aérien disponible à travers les vols spéciaux est très limité avec une capacité de 285.000 sièges. Marrakech, ville touristique par excellence reçoit 18 avions par semaine alors que son aéroport comptait plus de 480 rotations hebdomadaires avant la Covid.

Le Matin :

• El Otmani: Le gouvernement privilégie une relation de complémentarité avec le Parlement . Le Chef du Gouvernement Saad Dine El Otmani a souligné, jeudi à Rabat, que l’Exécutif a constamment veillé à ce que la relation avec les deux Chambres du Parlement soit basée sur la coopération et la complémentarité. Le gouvernement veille aussi à faire son devoir en fournissant les données nécessaires et en informant l’institution législative de tout ce dont elle a besoin, notamment à travers les exposés présentés par les ministres au Parlement dans les différentes commissions permanentes, et lors des séances des questions orales, a affirmé M. El Otmani, lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement. Lors d’un point de presse à l’issue de cette réunion, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement Saaid Amzazi, a indiqué que le Chef du Gouvernement a assuré que l’Exécutif continuera, au cours de la prochaine année législative, de privilégier la même méthodologie de travail, à travers la coopération et la communication.

• Le HCR se félicite de la qualité de la coopération avec le Maroc . Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Philippo Grandi, s’est félicité ce mardi de la qualité de la coopération avec le Maroc, mettant en avant l’engagement et les efforts du Royaume en faveur des réfugiés et des migrants dans le plein respect de leurs droits fondamentaux. « Je remercie le Maroc et me réjouis de la qualité de la coopération avec les autorités marocaines, qui continuent de gérer une population mixte importante, de réfugiés et de migrants, en respectant pleinement leurs droits fondamentaux”, a affirmé Grandi qui réagissait à la déclaration prononcée par l’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, à l’occasion de la 71ème Session du Comité Exécutif du Programme du HCR. Grandi a indiqué également avoir pris note des remarques de l’ambassadeur Zniber au sujet de la situation des populations sahraouies à Tindouf et du refus de l’Algérie de procéder à leur recensement en violation des principes et règles internationaux. 


Aujourd’hui Le Maroc :

• Blanchiment de capitaux : Le ministère de la justice mobilise les notaires . Lutter contre le blanchiment d’argent nécessite la mobilisation du système financier mais aussi des métiers hors circuit financier. C'est dans cette perspective que le ministère de la justice, en partenariat avec l’Unité du traitement du renseignement financier (UTRF) et le Conseil national de l’ordre des notaires (CNONM) ont tenu une conférence relative au rôle des notaires dans la mise en œuvre des dispositions légales liées à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Le nombre de déclarations de soupçons (DS) émises par les métiers juridiques reste très faible. En effet, depuis la création de l’Unité du traitement du renseignement financier à ce jour, on en compte seulement 13 : 8 pour les avocats, 5 pour les notaires et 0 pour les adouls. Cette conférence avec les notaires vise à mettre en place une vision commune pour l’application des textes juridiques et renforcer leur collaboration avec les autorités concernées afin de se conformer aux recommandations du GAFI (Groupement d’action financière) et aux normes qui en découlent.

• Le ministère de la Santé baisse le prix de 34 médicaments . Le ministère de la santé a publié dans le Bulletin officiel ( B0) N° 6922 du 1er octobre 2020 une nouvelle liste de 34 médicaments dont les prix ont baissé. Les médicaments concernés par cette nouvelle révision rentrent dans le cadre du traitement de plusieurs maladies coûteuses, notamment les cancers, les maladies cardiovasculaires, ainsi que des maladies oculaires. Parmi les baisses de prix les plus importantes figure le médicament IBRANCE 100 mg, boîte de 21 gélules, qui est indiqué dans le traitement en première ligne du cancer du sein métastasique chez la femme ménopausée. Son prix est passé de 42.562 DH à 24.123 DH, soit une baisse de 21.139 DH. C’est aussi le cas du médicament GLIVEC 400 MG boîte de 30 comprimés qui est administré aux patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC ) dont le prix est ainsi passé de 23.131 DH à 16.218 DH, ce qui représente une baisse de 6.913 DH.

Maroc Le Jour :

• Agadir: réunion urgente sur le stress hydrique. Le bureau du Conseil de la région Souss-Massa a tenu une réunion urgente à distance, dédiée à la discussion de la problématique du stress hydrique. Cette réunion, tenue en présence du président du Conseil de la région Brahim Hafidi, a été marquée par la présentation de rapports de l'Agence du bassin hydraulique Souss-Massa (ABHSM) et de l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole (ORMVA) sur la situation hydrique dans la région, depuis 2014, ainsi que les mesures entreprises pour faire face au manque de précipitations et à la baisse inquiétante du taux de remplissage de barrages. A cette occasion, les membres du Conseil ont mis en avant les mesures préventives visant à gérer la problématique de l’eau dans la région et permettre l'approvisionnement, en cette matière vitale, de la population locale et des secteurs économiques, indique le Conseil dans un communiqué.

• Fès : Création prochaine d'un Institut de formation dans les métiers du BTP. La ville de Fès sera dotée prochainement d'un institut de formation professionnelle dans les métiers du bâtiment et des travaux publics (BTP). Une convention de partenariat pour la création de ce nouvel établissement a été approuvée par le conseil communal de Fès, réuni en session ordinaire d'octobre sous la présidence du maire de la ville, Driss El Azami Idrissi. Le centre devrait être créé dans le cadre d'un partenariat entre les secteurs public et privé, avec un financement de l'agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco). Ce partenariat rassemble la MCA, la commune de Fès, les ministères de l'éducation nationale, et de l'économie, l'OFPPT et la fédération nationale du bâtiment et des travaux publics. Le projet sera financé par le fonds Charaka de l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco avec une enveloppe de plus de 70 millions de DH (MDH). 

L’Opinion :

• Les médecins libéraux s’insurgent contre le ministère de la Santé. Le Syndicat National des Médecins du Secteur Libéral du Maroc (SNMSL) a indiqué que les médecins du privé continuent d’assumer leur part du devoir dans la lutte contre la Covid-19 sans être protégée ni associée dans les décisions du ministère de tutelle. Les médecins du privé continuent d'accorder des prestations médicales pour les malades atteints du Covid-19, aux côtés de leurs collègues du secteur public, sans bénéficier d’aucune couverture, ni médicale, ni sociale, poursuit le syndicat, notant qu’ils encourent en permanence le risque de contamination sachant que plusieurs cas de décès ont été signalés parmi leurs rangs. En outre, les médecins libéraux soulignent le manque d’assistance et de soutien financier du ministère de la Santé dans la mesure où ils ne disposent pas d'assez de moyens pour supporter pleinement le coût de la prise en charge des cas positifs.

• Reconduction de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 novembre. Le Conseil du gouvernement a décidé la prorogation de l'état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 novembre prochain, et ce dans le cadre des efforts déployés en vue de lutter contre la propagation de Covid-19. Le Conseil a adopté le projet de décret N°2.20.631 portant prolongation de la période de validité de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national pour faire face au Covid-19, a indiqué, Saaid Amzazi, porte-parole du gouvernement, dans un communiqué lu lors d’un point de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire du conseil réuni sous la présidence du chef du gouvernement Saad Dine El Otmani. Présenté par le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, ce projet de décret, qui prolonge l'état d'urgence sanitaire du samedi 10 octobre à 18h00 jusqu'au mardi 10 novembre à 18h00, renseigne sur le souci des autorités publiques de garantir l'efficacité et l'efficience des mesures prises contre la propagation de Covid-19, tout en veillant à l'adéquation des dispositions prises au niveau de chaque région, préfecture ou province, avec l'évolution de la situation épidémique, a-t-il expliqué.

Al Bayane :

• Soupçons de blanchiment d'argent: Maati Mounjib visé par une enquête . Le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat a annoncé que l’enquête préliminaire menée avec Maati Monjib et des membres de sa famille a été ouverte suite à une saisine reçue par le parquet général de la part de l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) qui comprend des données sur des faits susceptibles de constituer une infraction de blanchiment de capitaux. Le parquet général a reçu une saisine de l’UTRF conformément à l’article 18 de la loi n °43.05 comprenant un inventaire de transferts de fonds importants et une liste de biens immobiliers ayant fait l’objet de déclarations de soupçon car ils ne correspondent pas aux revenus habituels déclarés par M. Monjib et les membres de sa famille, indique un communiqué du procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat. La correspondance de l’UTRF fait partie des tâches régulières de cette unité, visant à honorer les engagements constitutionnels et internationaux du Royaume en matière de lutte contre les crimes de blanchiment d’argent, précise la même source.

• Vols spéciaux: Forte mobilisation des services diplomatiques et consulaires en Belgique . Les services de l’ambassade du Maroc en Belgique et des trois consulats généraux du Royaume se sont mobilisés depuis le lancement des opérations de rapatriement et des vols spéciaux vers le Maroc pour être à la hauteur des attentes des bénéficiaires. Ces opérations, organisées en collaboration avec les autorités belges, ont permis aux voyageurs marocains et étrangers désireux de se rendre au Maroc de bénéficier du programme des vols spéciaux lancé le 15 juillet dernier suite à la réouverture exceptionnelle de l’espace aérien marocain dans le contexte des mesures visant à lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Les services diplomatiques et consulaires du Royaume ont mis en place à cet effet des structures dédiées avec des permanences régulières et assidues en vue de prêter assistance aux voyageurs marocains et étrangers désireux de se rendre au Maroc. Selon des données fournies par ces services, depuis le lancement de cette opération et jusqu’au 30 septembre dernier, environ 3.500 attestations ont été délivrées aux intéressés.

Al Massae :

• Interdits de chéquiers: les amendes revues à la baisse. En raison des incidents de paiement, 668.988 personnes sont interdites de chéquiers, selon les données de Bank Al Maghrib, qui précise que leur nombre a augmenté de 4,1% par rapport à 2017. Dans les détails, 87,8% de ces interdits de chéquiers sont des personnes physiques. Face à cet état de fait, le gouvernement a mis en place de nouvelles dispositions juridiques qui prévoient une amnistie partielle au profit des interdits de chéquiers en leur proposant de revoir à la baisse les amendes qui leur sont infligées, et leur permettre d'utiliser à nouveau les chèques bancaires comme moyen de paiement. Ces mesures sont prévues par le décret-loi n°2.20.690 qui précise l’amende financière que le titulaire de compte doit payer pour récupérer la possibilité d’émettre des chèques sera réduite à 0,5% (au lieu de 5%) du montant du ou des chèques impayés étant sous réserve ou faisant l’objet du premier avertissement, prévu à l’article 313 du Code de Commerce.

• L'ONEE contracte un nouvel emprunt de plus de 30 Milliards de centimes. Malgré de nombreuses mises en garde émises sur les risques de l'endettement de nombre d'établissements publics, l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) a annoncé la signature avec la Banque de Développement Allemande (kfW) d'un contrat de prêt d'un montant de 30 millions d'euros (M€) relatif au programme d'alimentation en eau potable en milieu rural. Signé par le directeur général de l'ONEE, Abderrahim El Hafidi, et le directeur du bureau de la KfW au Maroc, Markus Faschina, ce contrat porte sur un concours financier qui contribue à l'approvisionnement en eau potable dans les provinces de Tanger et Chefchaouen et des régions avoisinantes dans le nord-ouest du Maroc. Il profite à environ environ 150 douars avec une population bénéficiaire de près de 112.000 habitants. Ce programme est réalisé dans le cadre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS).

Libération :

• ONU: Élection par acclamation du Maroc membre du Comité consultatif des droits de l'Homme . Le Royaume du Maroc a été élu, mercredi, par acclamation, en la personne de la professeure Nadia Bernoussi, membre du Comité Consultatif des Droits de l’Homme, organe subsidiaire du Conseil des droits de l’Homme de l'ONU. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger indique que l’élection du Maroc constitue une reconnaissance des efforts continus déployés par le Royaume, conformément à la Haute Vision clairvoyante et avant-gardiste de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, en matière de promotion et de protection des Droits de l’Homme. Elle reflète également la crédibilité et la confiance dont jouit le Maroc auprès des instances onusiennes des Droits de l’Homme. 

• Les transferts des MRE se maintiennent en temps de crise . Les volumes des transferts d'argent effectués par les MRE vers le Royaume se sont maintenus à des niveaux importants en pleine crise du Covid-19. Cette évolution pour le moins imprévisible, défie la logique et les calculs de probabilité. Les envois des MRE dépendent de deux principaux facteurs structurels à savoir la croissance économique mondiale et l'évolution de la population des MRE. Or dans ce cas de figure, ces deux facteurs ne peuvent expliquer la résistance des transferts de la diaspora marocaine face à la crise. Ne pouvant pas rentrer au Maroc cet été, les MRE ont dû transférer cet argent qu’ils apportent chaque année à leurs familles, relève El Mehdi Ferrouhi, Enseignant-Chercheur en Économie, expliquant que ces fonds, qui n’étaient jamais comptabilisés comme transferts, vu qu'ils sont apportés en espèce ou sous forme de cadeaux, le sont maintenant parce qu’il sont effectués via les bureaux de transfert d’argent. 

Al Yaoum Al Maghribi :

• Hausse de 4,6% des échanges entre le Maroc et l’Italie. Le Maroc est un partenaire central pour l'Italie "non seulement d'un point de vue politique mais également sur les plans culturel et économique", a souligné à Rome, le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio. Au cours d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, le chef de la diplomatie italienne a relevé que "la déclaration conjointe sur le Partenariat stratégique multidimensionnel signée en 2019 représente une avancée majeure pour nos relations bilatérales". "Nous entendons approfondir notre partenariat par des consultations de haut de niveau", a-t-il poursuivi, tout en exprimant la satisfaction de son pays de "l'excellence des relations économiques et commerciales qui confirme la position du Maroc en tant que partenaire de grande importance pour l’Italie". Il a fait remarquer, dans ce sens que "malgré la crise sanitaire liée à la Covid-19, les échanges en 2019 entre les deux pays ont augmenté de 4,6%".

• Le gouvernement approuve l'amendement de l'accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie. Le Conseil de gouvernement, réuni sous la présidence du Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a approuvé l'amendement de l'accord de libre-échange entre le Maroc et la République de Turquie signé à Rabat le 24 août, le projet de loi n 54.20 en vertu duquel ledit accord est approuvé, ainsi qu'un accord sur les privilèges et immunités signé le 1er septembre à Rabat entre le Royaume et les États-Unis et le projet de loi n 59.20 approuvant l'accord susmentionné, présentés par le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger. L’amendement de l'accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie et le projet de loi n 54.20 en vertu duquel ledit accord est approuvé, signés à titre exceptionnel, visent à imposer des droits de douane, pour une période de cinq ans, sur les produits industriels d'origine turque et inscrits à l'annexe I de cet accord pour atteindre 90% de la valeur des produits provenant du "pays le plus favorisé", a indiqué le ministre l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, lors d’un point de presse à l’issue du conseil.

Akhbar Al Yaoum :

• Akharbach : La transformation numérique des usages médiatiques est éminemment une transformation culturelle des sociétés. La transformation numérique des usages médiatiques est éminemment une transformation culturelle des sociétés, a affirmé la présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Latifa Akharbach. Intervenant au Forum International des Régulateurs organisé par visio-conférence par l'International Institute of Communications basé à Londres, Mme Akharbach a à cet égard rappelé que “les millenials n’appréhendent pas et ne perçoivent déjà plus leur rapport au monde avec la même focale que ceux nés quand l’information pour le grand public était véhiculée essentiellement par les mass médias”. Mme Akharbach, qui intervenait dans le cadre du panel intitulé "Répondre à la transition numérique en matière d'accès au contenu et de réglementation", a insisté sur le fait que "les questions de l’identité nationale, des représentations sociales, de la réception médiatique par les différents publics, de la citoyenneté culturelle ont gagné en complexité du fait de cette transformation numérique qui influence les individus et les sociétés et induit de ce fait des problématiques de nature éminemment politique". • Lancement d'un appel à projets pour dynamiser la station touristique Taghazout. La Société d’Aménagement et de Promotion de la Station de Taghazout (SAPST) a annoncé le coup d’envoi à Taghazout Bay de la première édition de Madaëf ECO6, une initiative de soutien à des porteurs de projets souhaitant s’installer au sein de la station. L’appel à projets démarre le 08 octobre et se clôtura le 08 novembre 2020, indique mercredi un communiqué de la SAPST.

Avec l’objectif de stimuler l’entrepreneuriat et le développement d’écosystèmes au sein de ses stations touristiques, Madaëf ECO6 est un programme ouvert à tous les porteurs de projets (artisans, start-ups, très petites et moyennes entreprises) mettant l’accent sur l’inclusion sociale, le développement durable et l'innovation. Sur une superficie de 615 ha, en front d’une bande côtière de 4,5 km de plages d’une beauté exceptionnelle, Taghazout Bay place la préservation des ressources naturelles, l’authenticité socioculturelle de la région et la valorisation du capital humain au cœur de ses priorités. 

Assahraa Al Maghribiya :

• La crise du Covid-19 révèle l'importance de diversifier l’approvisionnement en sources d’énergie. La crise actuelle née du Covid-19 révèle l’importance de mettre fin à la dépendance aux énergies fossiles et de diversifier l’approvisionnement en sources d’énergie comme c’est le cas du Maroc, a souligné l'ambassadeur, Représentant permanent du Maroc à l’ONU, Omar Hilale. La crise actuelle "révèle l’importance de mettre fin à la dépendance aux énergies fossiles et de diversifier l’approvisionnement en sources d’énergie comme c’est le cas du Maroc", a estimé M. Hilale dans un entretien accordé à "MGH Partners", un cabinet d’affaires publiques et de diplomatie alternative franco-africain, notant que sous "les Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a révisé à la hausse ses ambitions initialement projetées en matière d’énergies renouvelables et a décidé de porter à 42% la part des énergies propres dans le mix électrique d’ici à 2021. Une part qui devra s’élever à 52% d’ici l’horizon 2030".

• L'UE salue l’initiative du Maroc visant à soutenir le processus de médiation mené par l’ONU pour résoudre le conflit libyen. L’Union européenne (UE) a salué, jeudi, l’initiative du Maroc visant à soutenir le processus de médiation mené par les Nations unies pour résoudre le conflit libyen. «L'UE accueille favorablement toute initiative visant à soutenir le processus de médiation mené par les Nations unies et à faire progresser la résolution du conflit libyen par le biais d'un processus politique», a déclaré à la MAP le porte-parole de l’UE pour les Affaires étrangères, Peter Stano. «L'UE continuera à soutenir activement le peuple libyen dans ses aspirations à établir un pays pacifique, stable et prospère », a-t-il ajouté. M. Borrell avait «salué et encouragé cette initiative marocaine comme une contribution opportune aux efforts déployés par les Nations Unies en vue d’une solution politique de la crise en Libye, de nature à garantir la cohésion du pays, son intégrité territoriale et sa souveraineté». Cette déclaration du porte parole de l’UE réitère la position exprimée par le Haut représentant de la politique étrangère de l’Union européenne Josep Borrell, en septembre dernier, à l’occasion d’un entretien qu’il a eu avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger Nasser Bourita.

Al Ahdath Al Maghribiya :

• Le vaccin chinois anti-Covid, fin prêt d'ici la fin de l'année. Tout porte à croire que le vaccin chinois anti-covid sera disponible d'ici la fin de l'année car les essais cliniques entrepris par les experts de la société Sinopharm, sont arrivés à un stade avancé, indiquent des sources du journal, notant que la 3ème phase des essais cliniques s'est déroulée dans de très bonnes conditions dans 8 pays différents et ce, sans la détection d'aucun effet indésirable. A noter que le Maroc avait conclu, septembre dernier, deux conventions-cadre avec la société chinoise « Sinopharm », et la socité marocaine « Sothema » dans le but de disposer d’une quantité suffisante de ce vaccin et d’entamer sa fabrication localement.• Actualisation du protocole de prise en charge des patients contaminés par la covid-19. Le ministère de la Santé a actualisé le protocole de prise en charge des patients contaminés par la covid-19 dans le but de réduire le délai de l'hospitalisation, d'améliorer la prise en charge des malades et de neutraliser le coronavirus. Dans une circulaire adressée aux délégations régionale et aux directeurs des CHU, le ministère souligne que cette mesure a été prise en raison de l'évolution de la situation épidémiologique et sur la base des recommandations du comité de veille local et du comité technique et scientifique dédié au Covid-19 pour contenir la propagation du coronavirus. 

Al Alam :

• La sécheresse et le coronavirus gonflent la facture alimentaire du Maroc. Dans le sillage de la crise sanitaire et de la sécheresse qui sévit au Maroc, les achats en du blé et de l’orge ont enregistré une hausse de près de 4.8 milliards de dirhams (MMDH) à fin août 2020, tandis que les importations en produits alimentaires ont atteint 39.16 MMDH pour la même période, contre 31.62 MMDH une année auparavant. Dans les détails, les achats du blé et de l’orge ont augmenté respectivement de 3.322MDH et de 1.507MDH. Le Maroc a en effet importé 3.94 millions de blé pour une facture de 9.74 MMDH, contre 2.62 millions de tonnes pour 6.41 MMDH une année auparavant. Les achats de l'orge, ont, pour leur part, atteint 934.428 tonnes pour une valeur avoisinant 1.9 MMDH, contre un peu plus de 200 tonnes d'une valeur de 399.4 millions de dirhams.

• Feu vert à la reprise du recrutement dans le secteur public. Après avoir suspendu les concours de recrutement et les examens d'aptitude professionnelle en raison de la crise sanitaire du coronavirus, le gouvernement a décidé de reprendre ces concours dans la Fonction publique. En effet, le Chef du gouvernement, Saad Dine El Othmani a adressée à l’ensemble des ministres et des hauts commissaires une note où il donne son feu vert à la reprise du recrutement dans le secteur public, tout en préconisant de privilégier, si nécessaire, des outils numériques dans la tenue des concours qui seront organisés, par une épreuve écrite ou par un test avec un examen oral. Dans cette note, le Chef de l'Exécutif précise la régularisation de la situation administrative des personnes admises dans les examens de capacité professionnelle doit être programmée dans le budget de 2021.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Trafic de drogues: Saisie de plus de 11 tonnes de chira à Tanger . Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger ont mis en échec, en coordination avec leurs homologues au port Tanger Med et sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, une opération de trafic international de drogue à bord d’un camion de transport international de marchandises et ont procédé à la saisie de 11 tonnes et 440 kg de chira. Cette opération sécuritaire conjointe a été menée mercredi soir en coordination sur le terrain avec les éléments de la douane au port Tanger Med, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), notant qu'elle a permis la saisie de cette grande quantité de drogue qui était dissimulée dans une cargaison de produits agricoles destinés à l’exportation à bord de la remorque du camion immatriculé au Maroc et qui s'apprêtait à se rendre à un port espagnol. Elle a également permis d’interpeller le conducteur du camion, un citoyen marocain de 33 ans, ajoute la même source, faisant savoir que les recherches et investigations se poursuivent pour interpeller les complices de ces actes criminels.

• Rome salue les efforts crédibles du Maroc pour la résolution du différend régional autour du Sahara marocain. Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a réitéré mercredi à Rome la volonté du Maroc de consolider ses relations avec l'Italie et de les hisser au niveau d'un partenariat stratégique riche et multidimensionnel. "C'est ma première visite (en Italie) depuis le mois de mars et le début de cette pandémie, ceci a une signification particulière et témoigne de la volonté du Maroc de renforcer les relations avec l'Italie et de les hisser au niveau d'un partenariat stratégique riche et multidimensionnel", a souligné M. Bourita lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue italien, Luigi Di Maio. Par ailleurs, l’Italie a réitéré sa position saluant les efforts sérieux et crédibles déployés par le Maroc en vue de la résolution du différend régional autour du Sahara marocain. «L’Italie réitère sa position telle qu’exprimée dans le document du Partenariat Stratégique Multidimensionnel signé à Rabat le 1 novembre 2019 », lit-on dans le Communiqué Conjoint rendu public à l’issue de la visite qu'a effectuée Nasser Bourita à l’invitation de Di Maio. 

Bayane Al Yaoum :

• Drâa-Tafilalet : la Direction régionale de la Santé dément les informations sur la réapparition de la leishmaniose à Errachidia. La Direction régionale de la Santé à Drâa-Tafilalet a démenti les informations sur la réapparition de la maladie de la leishmaniose dans la ville d’Errachidia. Dans une mise au point au sujet de la publication par certains médias d’informations sur l’apparition de cas de leishmaniose chez des habitants de certains quartiers d’Errachidia, le ministère de la Santé indique que sa Direction régionale à Drâa-Tafilalet dément ces allégations infondées. Le ministère souligne, dans un communiqué, que "la situation épidémiologique dans cette province connait une nette amélioration", ajoutant que la Direction régionale de la Santé à Drâa-Tafilalet nie "ces fausses informations qui ne sont pas fondées sur des données épidémiologiques réelles".

• GCAM : hausse de 9% du PNB au 1er semestre 2020. Le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) affiche un résultat net consolidé de 418 millions de DH au premier semestre, en hausse de 3% sur un an. Son résultat net part du groupe ressort à 449 millions de DH, soit une progression de 10%, «hors impact de la contribution de la Banque au Fonds de soutien COVID-19 pour la gestion de la pandémie et du provisionnement supplémentaire au titre du ‘Forward Looking’ en anticipation des risques futurs liés à l’impact de la crise», indique le groupe dans un communiqué. Pour sa part, le produit net bancaire affiche une croissance de 9% sur un an à 2,1 milliards de DH. «Cette performance est liée essentiellement à la progression de la marge d’intérêt et du résultat sur opérations de marché», précise le groupe. Par ailleurs, souligne la banque, l’encours d’épargne mobilisée a atteint 87 milliards de DH, en augmentation de 3%, celui du financement de l’économie ressort à 89 milliards, soit 6,4% de plus en un an.

Rissalat Al Oumma :

• Le Groupe BMCE Bank et Acwa Power Maroc remportent le prix arabe de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le Groupe BMCE Bank et ACWA Power Maroc ont remporté le prix arabe de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) lors de sa 13e édition organisée à Dubaï par le réseau "Arabia CSR Network". Le Groupe BMCE Bank a été sacré dans la catégorie «Services financiers» alors que ACWA Power Maroc a remporté son prix dans la catégorie «Partenariats et coopération». Le prix, également appelé «Oscar vert au Moyen-Orient», a été attribué à d'autres initiatives et pratiques qui consacrent la responsabilité sociale des entreprises, lancées par 20 acteurs de la région de Dubaï dans le but de parvenir au développement durable. Les lauréats ont été choisis parmi les candidats de 9 pays du Moyen-Orient, qui ont présenté des projets portant sur 34 domaines différents, y compris le secteur automobile lancé l'année dernière. • Créances sur l'économie: Hausse de l'encours de 6,5% au T3. Les créances sur l'économie auraient poursuivi leur progression depuis le début du confinement, leur encours augmentant de 6,5% au troisième trimestre 2020, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Cette évolution serait attribuable, notamment, à l'accélération des crédits à la trésorerie des entreprises, explique le HCP qui vient de publier sa note de conjoncture du T3 et perspectives pour le T4. Ladite note fait aussi ressortir que les taux d'intérêt sur le marché interbancaire auraient baissé de 81 points de base, en glissement annuel, s'établissant à 1,5% au T3-2020, dans le sillage de la décision de Bank Al-Maghrib (BAM) d'abaisser son taux directeur de 50 points de base à 1,5% au mois de juin 2020. Parallèlement, les taux auraient encore diminué sur le marché des adjudications des bons du Trésor, avec un repli de 48 points de base pour les taux de maturité à 5 ans, tandis que les taux créditeurs auraient reculé, quant à eux, de 27 points de base en moyenne. 





Nouveau commentaire :
Twitter

Le Fil | Coupures | Flash | Marrakech