MAP le Mardi 13 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 13/10/2020


Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :


L’Economiste : 

• Logement social : le lobbying dévastateur des mastodontes ! Le dispositif du logement social prendra fin dans 2 mois (décembre 2020). En l'absence d'un nouveau programme, le secteur a zéro visibilité sur les 5 ans à venir. Face à cette situation, il y a aujourd'hui un blocage de l'ensemble de l'écosystème immobilier. « Faute de liquidités dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent, l'Etat n'a pas intérêt à débloquer des budgets ni accorder de nouvelles incitations pour sortir un nouveau dispositif », tient à préciser un opérateur engagé dans les négociations avec la tutelle. En principe, le statu quo n’arrange personne, ni les promoteurs, ni les acquéreurs, encore moins les banques, les bureaux d'études, les architectes et les sociétés de matériaux de construction. La logique veut que l'arrêt du dispositif des logements sociaux se traduise par une absence de l'offre et des transactions, des pertes d'emplois par milliers dans le secteur et des mises en faillite de plusieurs de sociétés de construction et de promotion. 

• Casablanca : la police funéraire pour bientôt. Le conseil de la ville de Casablanca vient de donner son feu vert au lancement d'une police funéraire. La convention liant la Commune urbaine de Casablanca et la SDL Casa Prestations a finalement été votée lors de la session qui s'est tenue mardi 6 octobre. Ce projet qui traîne depuis plusieurs années verra enfin le jour dans un contexte de crise sanitaire. Les agents de cette police devront superviser les convois funéraires et contrôler les conditions d'inhumation au niveau des cimetières de la ville. Ses membres auront également pour mission de constater les décès afin de pallier le manque de médecins spécialisés. Le budget consacré au lancement de cette unité, qui relève de la police administrative, est de l’ordre de 15 millions de DH sur 3 ans. 

Le Matin : 

• Le Maroc et la France souhaitent promouvoir leur partenariat dans les secteurs d’avenir. Le ministre délégué auprès du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité, Franck Riester, et le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, ont souligné la nécessité de promouvoir le partenariat franco-marocain dans les secteurs d'avenir. S'exprimant à l'issue d'une rencontre bilatérale, Riester s'est félicité du partenariat solide entre le Maroc et la France, comme en témoignent les échanges commerciaux et les liens profonds entre les tissus économiques des deux pays, ajoutant que ce partenariat devrait couvrir au-delà des métiers classiques, les secteurs d'avenir qui permettent la décarbonisation de l'économie comme les énergies renouvelables, la ville durable ou encore le "Smart city". De son côté, Alj a indiqué que "nous pouvons aller encore plus loin, notamment en établissant plus de synergies entre nos TPE-PME respectives, en encourageant davantage l’investissement et le co-investissement, en renforçant nos échanges commerciaux et en nous ouvrant plus sur les métiers d’avenir comme les énergies renouvelables, le numérique et l’intelligence artificielle".

• L'Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques salue le rôle du Maroc dans la diffusion de la culture de la paix et du dialogue entre les parties libyennes. L'Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques a salué le rôle joué par le Royaume du Maroc dans la promotion et la diffusion de la culture de paix et de dialogue entre les parties libyennes. L'organisation a exprimé, dans un communiqué, "ses félicitations aux parties libyennes pour leur approche du dialogue politique, leur recherche du consensus et leur volonté de poursuivre avec détermination et constance la voie politique pour surmonter le conflit armé afin de consolider la légitimité de l'État civil national libyen, qui exprime l'unité du peuple et garantit la stabilité du pays". Elle a évoqué, à cet égard, les résultats du deuxième round de dialogue inter-libyen organisé du 02 au 06 octobre à Bouznika.

Aujourd’hui le Maroc :

• Les syndicats affûtent leurs armes. La confrontation entre gouvernement et syndicats repart de plus belle. La rentrée politique pourrait être particulièrement chaude. Les syndicalistes affûtent déjà leurs armes. Alors que le compte à rebours pour la présentation de la loi de Finances 2021 est déjà enclenché, les centrales syndicales craignent que la logique de l’austérité ne l’emporte. C’est le cas pour l’Union marocaine du travail (UMT) qui se dit très inquiète des premières orientations dévoilées du prochain PLF 2021. « Le secrétariat national de l’UMT suit avec inquiétude la teneur des premières orientations du projet de loi de Finances prochain et met en garde contre les mesures d’austérité tout en rappelant que le budget public est le premier moteur pour l’économie en cas de crise comme nous traversons », apprend-on auprès des dirigeants de la centrale syndicale. Cela dit, l’un des dossiers qui risquent d’exacerber la tension entre les partenaires sociaux est le projet de loi organique sur le droit de grève. 

• Les médecins du public en grève les 4 et 5 novembre prochain. Les médecins du secteur public vont reprendre leur mouvement de grève durant le mois de novembre. Le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) annonce une grève nationale de 48 heures. Celle-ci est prévue les 4 et 5 novembre prochain, dans tous les établissements publics de santé. Cela dit, par respect de l’éthique et de la déontologie, les services d’urgence et de réanimation resteront opérationnels. Dans un communiqué, le syndicat fait savoir que des sit-in locaux et régionaux seront également organisés durant la journée du 4 novembre dès 10 h. Les médecins annoncent aussi qu’ils ne participeront à aucune caravane médicale et qu’ils poursuivront la « grève de cachets », et le port du brassard noir 509. 

Maroc le Jour : 

• Rentrée universitaire 2020-2021 : L’UCA de Marrakech dévoile son modèle pédagogique. L'Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech a décidé d’opter pour un mode hybride, consistant en une alternance d’enseignement en présentiel par groupes et d’enseignement à distance, tout en mobilisant tous les moyens à même de préserver la santé des composantes de l’université (étudiants, enseignants et administratifs) notamment en cette conjoncture exceptionnelle que traverse le Royaume marquée par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). L’enseignement se déroulera ainsi avec un tiers du temps en présentiel et deux tiers à distance pour réduire la mobilité et la mixité au sein de l’université, avec la possibilité de revoir la part de l'enseignement en présentiel en fonction des capacités disponibles dans chaque institution et en fonction de l'évolution de la situation épidémiologique, selon la stratégie de gestion de la rentrée universitaire 2020-2021 adoptée lors du Conseil de l’université, réuni le 30 septembre dernier. 

• Lancement du Projet "Education secondaire" dans 3 régions du Royaume. La cérémonie de lancement de l'opération d'équipement en matériel didactique et robotique des 90 établissements d’enseignement bénéficiaires du projet "Education secondaire" au niveau des régions de Marrakech-Safi, Fès-Meknès et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, a eu lieu vendredi depuis le lycée collégial Al Atlas à Marrakech. Acquis dans le cadre du programme de coopération "Compact II", conclu entre le gouvernement du Maroc et celui des USA représenté par MCC, le matériel fourni, d’une valeur globale de près de 2,7 millions de dollars américains, permettra d’équiper les laboratoires des Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), de Physique-Chimie (PC) et des Technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement (TICE), ainsi que les salles multimédia et les salles de cours. Entamée au niveau de la Région Marrakech-Safi, cette opération d’équipement portera, dans un premier temps, sur la fourniture de 200 kits ARDUINO de commande numérique et robotique et de 40 packs robotiques d’expérimentation, dont chacun est composé de 3 robots et d’une mallette découverte contenant 20 modules complémentaires.

L’Opinion : 

• Évènementiel : Une simulation pour préparer la reprise. Pour reprendre l'activité, le groupement professionnel des prestataires de l’événementiel a élaboré, en collaboration avec un bureau d'étude, un protocole sanitaire permettant d’organiser des événements dans un lieu clos. Une simulation de ce protocole sanitaire a eu lieu, mardi 6 octobre, dans un l'hôtel à Casablanca. Cet événement intervient dans un contexte où le contrat-programme pour la relance de l’événementiel est certes un pas en avant pour les professionnels du secteur. Cependant, cette mesure reste insuffisante pour sauvegarder les milliers d’emplois menacés. Pour les professionnels du secteur, les activités en présentiel doivent reprendre dans les plus brefs délais. 

• TGR/Adouls : dématérialisation du paiement des impôts et taxes grevant l'immeuble objet de cession. La Trésorerie Générale du Royaume (TGR) et l'Ordre national des Adouls ont conclu une convention visant la dématérialisation des échanges liés à l’obtention de l’attestation justifiant le paiement des impôts et taxes grevant l’immeuble objet de cession. Cette convention s'inscrit dans le cadre de la modernisation et de l'amélioration des services rendus aux citoyens, indiquent la TGR et l'Ordre national des Adouls dans un communiqué conjoint. Ces échanges informatisés portant sur le dépôt et la délivrance de l’attestation, permettent notamment la transmission informatisée de la demande de l’attestation justifiant le paiement, des impôts et taxes grevant l’immeuble objet de cession, l’échange de données et informations nécessaires au traitement et au suivi de ladite demande et la délivrance sous format électronique de ladite attestation, précise le communiqué.

Al Bayane : 

• M.Bourita : « Le Maroc a toujours affirmé que les interférences extérieures compliquent la crise libyenne ». Le Maroc a toujours soutenu que les interférences extérieures compliquent les efforts pour l'aboutissement à une solution à la crise libyenne, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidents à l'étranger, Nasser Bourita. "Le Maroc a toujours dit que le problème de la Libye était l'ingérence extérieure. La solution à la crise libyenne aurait déjà pu être trouvée, mais l'ingérence extérieure a tout compliqué, car malheureusement la Libye est aujourd'hui devenue un enjeu diplomatique pour d'autres pays", a souligné M. Bourita dans une interview au journal italien La Repubblica. Sur le dossier libyen, le Maroc, a-t-il poursuivi, a joué un rôle important sur la voie du règlement de la crise depuis les accords de Skhirat. "À Bouznika, nous nous sommes concentrés sur l'unification des institutions libyennes. Nous avons également dit aux Libyens de ne pas gaspiller leur énergie à trouver des médiateurs ou d'autres personnalités, mais de s'atteler sur des solutions aux problèmes", a-t-il relevé.

• Signature de deux conventions de partenariat pour promouvoir les normes de la santé et la sécurité au travail. Deux conventions de partenariat ont été signées visant à promouvoir des normes et des démarches de management de la santé et la sécurité au travail. La première convention, signée entre le ministère de la Santé, le Groupement interprofessionnel de développement et de sécurité (GIPSI) et la Fédération nationale de la santé (FNS), a pour objectif d'assurer la protection sanitaire au travail ainsi que le renforcement du dialogue interprofessionnel et du partenariat public-privé pour l'atteinte de la couverture de santé universelle. La seconde convention, signée entre l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) et la FNS, sous l'égide du ministère de la santé, vise quant à elle l'atteinte de la couverture de santé universelle à l'horizon 2022 et la contribution à la mise en œuvre des programmes de prévention et de l'organisation de l'offre de soins, conformément à la politique générale de l’État et aux projets stratégiques de l'ANAM et ce, en faveur d'une régulation optimale des régimes de l'assurance maladie obligatoire de base. 

Libération :

• Journée d'étude à Rabat pour traiter de la protection juridique de la femme marocaine à l'étranger. Le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Etranger organise, mercredi 14 octobre, une journée d'étude en présentiel et à distance sur le thème de "La protection juridique de la femme marocaine résidant à l'étranger sur la base du code de la famille et des accords internationaux", en présence de juges, d'experts et d'avocats exerçant au Maroc et à l'étranger. L'organisation de cette rencontre intervient à l'occasion de la Journée nationale de la femme marocaine, qui coïncide avec le 10 octobre de chaque année, et qui est l'occasion de faire le point sur les principales réalisations de la femme marocaine et d'évaluer les différents défis qui se dressent face à l'application de plusieurs textes législatifs nationaux et articles de conventions de coopération judiciaire dans le domaine civil, en lien avec les droits de la femme marocaine résidant à l'étranger, indique un communiqué du ministère. Cet événement s'inscrit également dans le cadre de la sollicitude qu'accorde Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux Marocains résidant à l'étranger, en vue d'améliorer leur situation et défendre leurs droits et intérêts, ajoute la même source.

• La crise sanitaire a mis en lumière les faiblesses du secteur du transport et de la logistique. Preuve inédite et extrêmement difficile, le confinement a impacté le secteur du transport et de la logistique au Maroc. Entre 50 et 70% des transports étaient à l'arrêt. Un véritable choc qui a conduit les acteurs du secteur à tirer des leçons pour envisager un avenir plus serein. Des pistes ont été évoquées lors d’un webinaire organisé récemment par la Chambre de commerce britannique pour le Maroc, intitulé ""Transport & logistique : impact de la pandémie". Alors que le secteur du transport pèse 6% du PIB et contribue pour 15% aux recettes fiscales de l'Etat, Noureddine Dib, directeur des transports terrestres et de la logistique au ministère de l'Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, a tenu à rappeler le défi de la formalisation du secteur. « Aujourd’hui, un nouveau contrat-programme du secteur est en cours. Il faut que tous les représentants du secteur se mettent autour de la table », a-t-il insisté. 

Akhbar Al Yaoum : 

• Tanger: Ouverture du nouveau marché de gros de fruits et légumes. Le nouveau marché de gros de fruits et légumes de Tanger a ouvert ses portes, samedi, dans le but de moderniser et mieux organiser le commerce en gros des fruits et légumes dans la ville. Fruit d'un partenariat entre la Wilaya de Tanger-Tétouan–Al Hoceima, la commune urbaine de Tanger et l'Agence pour la Promotion et le Développement des Provinces du Nord (APDN), ce projet a été réalisé sur une superficie globale de 11 hectares avec une enveloppe budgétaire de 124 millions de dirhams, financée par la commune urbaine. Ce marché de nouvelle génération s'inscrit dans le cadre du programme Tanger-Métropole, lancé par SM le Roi Mohammed VI, a indiqué, le premier adjoint au maire de Tanger, Mohamed Amjhour, dans une déclaration à la presse, notant que l'ensemble des installations du marché se basent sur une gestion intégrée et informatisée. Il comprend des entrées électroniques, 32 carrés de vente, des circuits et des quais de l’ensemble des opérations de la chaîne logistique (chargement, déchargement, distribution, livraison....), un espace couvert pour le stockage des caisses vides, des quais pour la vente semi-gros en camions et des locaux administratifs ainsi que des espaces d’accueil pour les chauffeurs et des café-restaurants, a expliqué M. Amjhour.

Al Massae :

• A quoi ressemblera l ’Agence nationale de gestion stratégique des participations de l’État ? Le Projet de loi portant création de l’Agence nationale de gestion stratégique des participations de l’État livre plusieurs détails sur la gouvernance, les missions et le budget de cet organisme. L'agence qui sera mise en place aura comme missions principales de "veiller aux intérêts patrimoniaux de l'État actionnaire dans les établissements publics et les sociétés anonymes dont le capital est détenu totalement ou partiellement par l’État et relevant de son périmètre d’intervention", selon le texte. Elle devra également "mettre en place et animer la politique actionnariale de l’État en assurant la gestion stratégique desdites entités et le suivi de leurs performances". Selon le projet de loi portant création de l'Agence, celle-ci aura aussi pour mission de "veiller à la soutenabilité et à la pérennité des établissements et entreprises publics (EEP) relevant de son périmètre". L'Agence aura un périmètre d'intervention qui touchera aussi à la mise en œuvre le programme de privatisation et les autres opérations de capital selon la réglementation en vigueur. En outre, elle se chargera de l'amélioration de la gouvernance des EEP de son périmètre. 

Al Yaoum Al Maghribi :

• Fonds Monétaire Arabe : le Maroc a entrepris une série de mesures pour atténuer les répercussions de Covid-19 sur le tourisme. Le Maroc a entrepris une série de mesures pour atténuer les répercussions de la pandémie de Covid-19 sur le secteur du tourisme, selon un nouveau rapport du Fonds Monétaire Arabe (FMA). Sur le plan intérieur, le Royaume a mis en place de nombreuses mesures pour augmenter le nombre des nuitées hôtelières provenant des touristes marocains et proposer des offres et produits touristiques adaptés aux coutumes, traditions et aux habitudes de consommation et de voyages des touristes locaux, indique ce rapport sur "L'impact du secteur du tourisme sur la croissance économique des pays arabes". Dans ce cadre, l'étude du FMA cite le programme "Biladi" visant à créer des stations touristiques homogènes en termes de produits touristiques répondant aux aspirations et habitudes des touristes nationaux. S’agissant du tourisme extérieur, le Fonds relève que le Royaume a intensifié les efforts destinés à promouvoir et à commercialiser la destination Maroc, notamment en renforçant le rôle des plateformes numériques et en améliorant la compétitivité des services aériens.

Assahraa Al Maghribiya :

• Campagne agricole 2019-2020: Les exportations des produits alimentaires agricoles totalisent plus de 39 MMDH. La valeur des exportations des produits alimentaires agricoles a totalisé 39,5 milliards de dirhams (MMDH) pour la campagne agricole 2019-2020, soit une hausse de 8% par rapport à l'année 2018, a souligné lundi à Rabat, le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. En réponse à une question centrale sur "les préparatifs pour faire réussir la saison agricole actuelle à la lumière de la propagation de la pandémie de la Covid-19", à la Chambre des représentants, Akhannouch a indiqué que grâce à la poursuite de l'activité agricole tout au long de la chaine de valeur, la valeur des exportations des produits alimentaires agricoles, hors produits de pêche, s'est élevée à 39,5 MMDH au cours de la saison 2019-2020, soit une hausse de 8% par rapport à 2018 et de 130% par rapport à l'année 2010. Et de noter que la poursuite de l'activité agricole dans les différentes unités de conditionnement et de transformation a permis de préserver l'activité d'exportation, qui a réalisé des résultats positifs à l'aune de ces circonstances exceptionnelles actuelles.

Al Ahdath Al Maghribiya : 

• Assurances : baisse de 17 % des primes émises en août. Les primes émises par l'ensemble des entreprises d'assurances et de réassurance à l'exception des réassureurs exclusifs se sont élevées en août 2020 à plus de 2,47 milliards de dirhams (MMDH), en baisse de 17 % par rapport au même mois de l'année 2019, selon des données publiées, lundi, par l'Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS). La branche "Assurances vie et capitalisation" a enregistré une baisse de 31,2% des primes émises au titre du mois d'août à plus de 1,19 MMDH, soit une part de 48,4% du total au moment où la catégorie "Assurances non – vie" affiche une progression de 2,7% à plus de 1,27 MMDH et une part de 51,6%, d'après la même source. Dans le détail, pour ce qui est de la branche "Assurances vie et capitalisation", la composante “Epargne” a évolué de -37,3% pour atteindre 958,9 millions de dirhams (MDH) alors que les primes émises pour "Décès" ont progressé de 9,5% pour se chiffrer à 147 MDH. 

Al Alam :

• Tanger: saisie de plus de 26.000 unités de vêtements de prêt à porter de contrebande. Les éléments des douanes relevant du commandement régional des douanes et impôts indirects à Tanger-Tétouan-Al Hoceima, sont parvenus, samedi à Tanger, à saisir plus de 26.000 unités de vêtements de prêt à porter de contrebande. Le colonel Abdelkader Battani, commandant régional des brigades des douanes à Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a souligné que cette opération est liée aux trois autres opérations menées au cours de cette semaine, notant que les investigations et les recherches menées ont permis de localiser un entrepôt clandestin de vêtements de contrebande, situé dans le quartier de Mghogha Kbira, près de la zone industrielle de Mghogha. Dans une déclaration à la presse, battani a relevé que l'opération s'est soldée aussi par la saisie de 3,5 tonnes de tissus de contrebande, 1,2 tonne de sachets plastiques d'emballage et 1,3 tonne de déchets de vêtements de prêt à porter, notant que la valeur globale des marchandises saisies est estimée à environ 1,2 million de dirhams.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 51.000 prestations médicales prodiguées. L'hôpital militaire de campagne, déployé sur Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI à Beyrouth, a prodigué à ce jour un total de 51.223 prestations médicales au profit des personnes touchées par l'explosion tragique survenue dans le port de Beyrouth. Depuis le lancement des services de cette structure médicale le 10 août dernier et jusqu'au 12 courant, 21.477 personnes ont bénéficié des soins médicaux offerts par le personnel de l'hôpital dans plusieurs spécialités. Ainsi, le personnel médical de l'hôpital qui incarne les valeurs de solidarité du Royaume envers ce pays frère, a effectué 394 interventions chirurgicales dans diverses spécialités, dont la chirurgie générale, l'orthopédie et médecine articulaire, la neurologie, l'ophtalmologie, l'otorhinolaryngologie, la gynécologie, la chirurgie obstétrique, la réanimation, la chirurgie réparatrice des brûlures, l'anesthésie, la pédiatrie et la médecine générale. 

Bayane A l Yaoum :

• Liquidité des banques: Atténuation du besoin à 97,4 MMDH en septembre. Le besoin en liquidité des banques s'est atténué, au cours du mois de septembre 2020, à 97,4 milliards de dirhams (MMDH) en moyenne hebdomadaire, contre 106,2 MMDH en août, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Cette atténuation reflète la hausse des réserves de change de la Banque centrale et la baisse de la monnaie fiduciaire, explique BAM dans sa revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière du mois d'octobre 2020. Dans ce contexte, Bank Al-Maghrib a adapté l'encours global des interventions à 105,1 MMDH, incluant principalement 27,8 MMDH à travers les avances à 7 jours, 39 MMDH sous forme d'opérations de pension livrée, 32,6 MMDH dans le cadre du programme de soutien au financement de la très petite, petite et moyenne entreprise (TPME) et 5,6 MMDH au titre des opérations de swap de change, fait savoir la même source, précisant que le taux interbancaire s'est établi à 1,5% en moyenne.

Rissalat Al Oumma : 

• Errachidia : Saisie d'une tonne de chira, 2 interpellations. Le service régional de la police judiciaire de la ville d'Errachidia a interpellé lundi, sur la base d'informations précises fournies par la Direction générale de la sûreté du territoire (DGST), deux individus pour leur implication présumée dans une affaire de possession et de trafic international de drogue et de psychotropes. La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué, dans un communiqué, que les deux mis en cause, âgés de 24 ans et dont un fait l'objet d'un avis de recherche au niveau national, ont été interpellés à bord de deux voitures à "Boudnib", à 60 km au sud d'Errachidia, alors qu'ils transportaient une cargaison de drogue. La fouille effectuée a permis de saisir une tonne de chira, emballée dans 41 paquets, et une somme de 160.000 dirhams soupçonnée d’être issue d'activités illicites en lien avec le trafic de drogue, précise le communiqué. 





Nouveau commentaire :
Twitter

Le Fil | Coupures | Flash | Marrakech