MAP le Mercredi 14 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 14/10/2020


Rabat -Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :


Le Matin : 

• Le Président du PPE plaide pour un partenariat plus fort avec le Maroc. Le président du Parti populaire européen (PPE) Donald Tusk a plaidé pour un partenariat plus fort avec le Maroc. « Le Maroc est un partenaire fiable de l'UE dans plusieurs domaines, il est essentiel de maintenir un dialogue ouvert pour construire un partenariat encore plus fort à l'avenir », a souligné M. Tusk sur son compte facebook à l'issue d’une rencontre qu’il a eue, au siège du parti à Bruxelles, avec l’ambassadeur du Maroc auprès de l’UE, Ahmed Rahhou. Le président du PPE a précisé avoir eu un échange fructueux avec Rahhou consacré notamment aux perspectives du partenariat UE-Maroc, aux défis régionaux, au Covid-19 et son impact, ainsi qu’aux relations UE-Afrique.

• Les exportations des produits alimentaires agricoles totalisent plus de 39 MMDH. La valeur des exportations des produits alimentaires agricoles a totalisé 39,5 milliards de dirhams (MMDH) pour la campagne agricole 2019-2020, soit une hausse de 8% par rapport à l'année 2018, a souligné lundi à Rabat, le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. En réponse à une question centrale sur "les préparatifs pour faire réussir la saison agricole actuelle à la lumière de la propagation de la pandémie de la Covid-19", à la Chambre des représentants, Akhannouch a indiqué que grâce à la poursuite de l'activité agricole tout au long de la chaine de valeur, la valeur des exportations des produits alimentaires agricoles, hors produits de pêche, s'est élevée à 39,5 MMDH au cours de la saison 2019-2020, soit une hausse de 8% par rapport à 2018 et de 130% par rapport à l'année 2010. Et de noter que la poursuite de l'activité agricole dans les différentes unités de conditionnement et de transformation a permis de préserver l'activité d'exportation, qui a réalisé des résultats positifs à l'aune de ces circonstances exceptionnelles actuelles. 

L’Economiste : 

• Agriculture : restructuration mécanisation, nouvelles techniques… Le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch a estimé que les efforts des agriculteurs et les politiques adoptées par l'Etat il y a 10 ans, en termes de planification et de gestion stratégique, ont restructuré l'agriculture marocaine sur des bases solides. Ces chantiers se sont basés sur l'accompagnement et la motivation des agriculteurs, particulièrement dans le domaine de la mécanisation et des techniques agricoles. Ainsi, on est passé d'une moyenne de 4,16 tracteurs pour 1.000 ha en 2007 à 8, 6 en 2018. Dans la même foulée, il a été question d'encouragement des agriculteurs à développer leurs investissements, à travers une réforme radicale et une révision profonde du système d'incitation agricole. L'idée est de les doter d'un levier d'investissement et un outil contribuant à la croissance de l'économie nationale et à l'amélioration des revenus des agriculteurs.

• Elalamy lance de projet de la zone d'accélération industrielle d'Ain Cheggag. Le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy est attendu aujourd'hui à Sefrou pour la signature de la convention finale pour le lancement du projet de la zone d'accélération industrielle d'Ain Cheggag (ZA). C'est le deuxième projet du ministre de l'Industrie, mené de bout en bout en partenariat avec les autorités locales, et qui vise l'amélioration de l'attractivité régionale. D'un investissement prévisionnel de 1,5 milliard de DH, ce projet qui sera déployé sur une superficie de 500 ha, sera réalisé dans un délai de 3 ans. Le financement, quant à lui, sera pris en charge par le Conseil régional Fès- Meknès, les ministères de l'Intérieur, les Finances, l'Industrie et l'aménagement du territoire. A noter qu'un protocole d'accord portant sur aménagement, le développement, la promotion, la commercialisation et la gestion de la ZAI Fès-Meknès a été signé le 16 octobre 2019.

Aujourd’hui le Maroc :

• Retraites des députés : divergences sur la restitution des cotisations. Alors que la suppression de la caisse de retraites des parlementaires est plus que jamais proche, un autre point de discorde a fait surface. Il concerne cette fois-ci le sort réservé aux cotisations des parlementaires de la première Chambre. Une bonne partie des députés est tout simplement pour la liquidation du régime de retraite avec la restitution intégrale des cotisations mensuelles des concernés. Mais il y a de plus en plus de voix qui se lèvent demandant le reversement des cotisations au Trésor ou bien leur transformation en un don de solidarité. C’est sans doute l’une des raisons qui ont poussé les responsables à demander plus de temps afin d’étudier l’impact financier et les répercussions légales. Dans ce sens, une réunion aura lieu ce mercredi en présence du président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et les présidents des différents groupes et groupements parlementaires en présence des représentants de la Caisse nationale de retraite et d’assurance (CNRA) qui gère le régime de retraite spécial des parlementaires.

• La SIE lance un projet de performance énergétique pour les mosquées. Optimiser la consommation de l’énergie est un enjeu environnemental majeur à l’heure actuelle. C’est dans ce sens que la Société d’ingénierie énergétique - SIE (ou Super Esco d’Etat) vient d’annoncer la signature d’une convention interministérielle en vue de réaliser des projets d’efficacité énergétique en faveur des mosquées au Maroc. Pour y parvenir, plusieurs départements ministériels font partie de ce projet. En effet, cette initiative englobe le ministère des habous et des affaires islamiques, le ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration, et le ministère de l’énergie, des mines et de l’environnement. Les projets devront ainsi assurer la réhabilitation des systèmes en place, l’amélioration de l’efficacité des équipements ainsi que le contrôle accru de la consommation desdites installations.

Maroc le Jour : 

• 9.524 détenus ont bénéficié des procès à distance du 5 au 9 octobre. Un total de 9.524 détenus ont bénéficié des procès à distance, du 5 au 9 octobre, après leur consentement, afin de leur épargner tous les risques sanitaires en cette conjoncture exceptionnelle, marquée par la propagation du coronavirus, a indiqué lundi le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). Selon un communiqué du CSPJ, des résultats exceptionnels ont été enregistrés, du 5 au 9 octobre, puisque l'ensemble des tribunaux du Maroc ont tenu durant cette même période 403 audiences, au cours desquelles 8.096 affaires ont été mises au rôle. Ce projet de procès à distance, lancé en collaboration avec les partenaires du système judiciaire vient en consécration des valeurs d'ouverture et de communication concernant les différentes mesures prises par le CSPJ pour freiner la propagation du Covid-19 dans le Royaume, indique le Conseil.

• Vers la création d'un Centre d'hémodialyse à Al Hoceima. Le Conseil communal d'Al Hoceima a adopté, lors de sa session ordinaire du mois d'octobre, tenue récemment, une convention de partenariat portant sur la construction et l'équipement d'un Centre d'hémodialyse. Paraphée entre le ministère de la Santé, le Comité provincial du développement humain, le Conseil provincial, la commune d'Al Hoceima, l'Association Al Nour pour les œuvres sociales et l'Association provinciale de promotion des activités de proximité dans la ville, cette convention vise à définir les conditions organisant le partenariat entre les parties pour la construction et l'équipement du centre. Ce projet vise à garantir une infrastructure d'accueil pour les patients atteints d'insuffisance rénale chronique. 

Al Bayane : 

• M.Bourita : SM le Roi veille à soutenir le dialogue inter-libyen sans imposer de solutions. Les Instructions de SM le Roi Mohammed VI concernant le dialogue inter-libyen qu'accueille le Maroc sont claires et consistent à soutenir les parties libyennes dans le dialogue sans toutefois imposer de solutions, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Toute ingérence extérieure dans la question libyenne aura des répercussions sur l'Afrique du Nord et sur le Maroc, tout comme les activités croissantes des groupes terroristes, a souligné Bourita dans un entretien accordé à "Sky News Arabia". La politique étrangère adoptée par le Royaume, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, est "basée sur la clarté, l'ambition et la transparence avec n'importe quel pays", a enchainé Bourita. "Le Maroc a interagi avec la volonté des Libyens de dialoguer, et ils ont eux-mêmes choisi de se réunir à Bouznika", a-t-il souligné, ajoutant que le Royaume soutient une solution pacifique au dossier libyen, l’arrêt de l’ingérence étrangère et l’unité du pays.

• Impacts de la crise sur l'emploi : la CGEM et l'UGTM veulent renforcer la concertation. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) ont souligné la nécessité de renforcer la concertation entre les partenaires socio-économiques pour gérer les impacts du Covid-19 sur l'emploi. A l'issue d'une rencontre avec le secrétaire général de l'UGTM, Anaâm Mayara, le président de la CGEM, Chakib Alj, a indiqué que les discussions ont porté sur des points de convergence et de divergence sur divers sujets d'actualité notamment le projet de loi sur les syndicats et les organisations professionnelles, le projet de loi sur la grève, ainsi que les points concernant la législation du travail. Pour sa part, Mayara a fait savoir que cette rencontre, qui s'inscrit dans le cadre de la concertation tripartite entre l'UGTM, le gouvernement et la CGEM, s'est également consacrée aux défis qui impactent les entreprises marocaines et l'économie nationale, compte tenu de la crise actuelle.

L’Opinion : 

• Reprise du tourisme : Agadir dans l’expectative. Alors que Marrakech accueille les premiers touristes après plusieurs mois de fermeture des frontières, Agadir sombre encore dans le désœuvrement en attendant la reprise des vols des compagnies low cost. A défaut de touristes nationaux et étrangers, les établissements hôteliers de la capitale de la région de Souss ont du mal à sortir du marasme actuel. Les groupes de renommée peinent à renouer avec l’activité. « II n'y a pas assez de demandes de réservations de la part de la clientèle », nous confie le responsable d’un hôtel à Agadir qui pourtant indique que le tourisme d'affaires « marche plutôt bien ». Ce dernier affirme que les touristes sont quasi absents faute de vols internationaux. « En gros, la situation est décevante par rapport aux années précédentes », a-t-il conclu.

• Casablanca : des toilettes publiques à 500.000 DHs l’unité. Les nouvelles toilettes publiques récemment installées par la commune dans différents quartiers du centre-ville de Casablanca coûtent 500.000 DHs l’unité. C'est l’entreprise espagnole, Groupement Olprim-AIC, qui s’est chargée de livrer 100 cabines dites « intelligentes » au prix global de 50 millions de dirhams, soit 500.000 dirhams l’unité. L’entreprise ibérique avait alors raflé la mise au détriment de deux autres entreprises concurrentes, aux prestations plus onéreuses. Les Casablancais pourront bientôt profiter de 100 toilettes dotées d'un système d'auto-nettoyage. Des agents d’entretien seront également déployés pour assurer la maintenance des toilettes. Le prix de l’utilisation des cabines a été fixé à 1 DH pour une durée ne dépassant pas 15 minutes. 

Libération :

• Liquidité des banques : Atténuation du besoin à 97,4 MMDH en septembre. Le besoin en liquidité des banques s'est atténué, au cours du mois de septembre 2020, à 97,4 milliards de dirhams (MMDH) en moyenne hebdomadaire, contre 106,2 MMDH en août, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Cette atténuation reflète la hausse des réserves de change de la Banque centrale et la baisse de la monnaie fiduciaire, explique BAM dans sa revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière du mois d'octobre 2020. Dans ce contexte, Bank Al-Maghrib a adapté l'encours global des interventions à 105,1 MMDH, incluant principalement 27,8 MMDH à travers les avances à 7 jours, 39 MMDH sous forme d'opérations de pension livrée, 32,6 MMDH dans le cadre du programme de soutien au financement de la très petite, petite et moyenne entreprise (TPME) et 5,6 MMDH au titre des opérations de swap de change, fait savoir la même source, précisant que le taux interbancaire s'est établi à 1,5% en moyenne.

• Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 51.000 prestations médicales prodiguées. L'hôpital militaire de campagne, déployé sur Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI à Beyrouth, a prodigué à ce jour un total de 51.223 prestations médicales au profit des personnes touchées par l'explosion tragique survenue dans le port de Beyrouth. Depuis le lancement des services de cette structure médicale le 10 août dernier et jusqu'au 12 courant, 21.477 personnes ont bénéficié des soins médicaux offerts par le personnel de l'hôpital dans plusieurs spécialités. Ainsi, le personnel médical de l'hôpital qui incarne les valeurs de solidarité du Royaume envers ce pays frère, a effectué 394 interventions chirurgicales dans diverses spécialités, dont la chirurgie générale, l'orthopédie et médecine articulaire, la neurologie, l'ophtalmologie, l'otorhinolaryngologie, la gynécologie, la chirurgie obstétrique, la réanimation, la chirurgie réparatrice des brûlures, l'anesthésie, la pédiatrie et la médecine générale.

Akhbar Al Yaoum :

• Allègement du déficit commercial de 18,4% à fin août. Le déficit commercial du Maroc s'est allégé de 18,4% à 113,16 milliards de dirhams (MMDH) à fin août 2020, selon l'Office des changes. Cet allègement s'explique par les baisses respectives des importations et des exportations de marchandises de 16,6% à 272,48 MMDH et de 15,3% à 159,32 MMDH, précise l'Office dans son récent bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs, notant que le taux de couverture s'est établi à 58,5%, en amélioration de 0,9 point. En glissement trimestriel, les exportations ont affiché une hausse de 12,6% plus importante que celle des importations (+1%), ajoute la même source. 

Al Yaoum Al Maghribi :

• La prière du vendredi rétablie dans 10.000 mosquées. Le nombre des mosquées ouvertes a été porté à 10.000 et la prière du vendredi ainsi que les cinq prières y seront accomplies à partir du vendredi 28 Safar 1442 H correspondant au 16 octobre 2020, annonce le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le ministère a indiqué dans un communiqué qu'il veillera à faire réussir cette opération et à en assurer le suivi, en coordination avec les autorités compétentes. Les mêmes précautions sanitaires, prises dans les mosquées déjà ouvertes pour les cinq prières, seront tenues en compte pour la prière du vendredi, précise le communiqué, ajoutant que l’évolution de la situation épidémique aux niveaux national et local sera également prise en considération.

Al Massae :

• Covid-19: 1.400 contaminations parmi les élèves depuis la rentrée scolaire. La rentrée scolaire s'est déroulée cette année dans un contexte de crise sanitaire, les élèves et le personnel éducatif n'ont pas échappé à la contamination après le redémarrage des cours. Depuis le démarrage de la rentrée scolaire, le 7 septembre dernier, et après la réouverture des écoles dans des zones fermées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, 1.400 élèves ont été testés positifs à la Covid-19, a relevé le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi à la Chambre des représentants. Suite à l'apparition des cas de Covid-19, 210 établissements scolaires ont été dans l'obligation de cesser les cours en présentiel et passer à l'enseignement à distance.

Assahraa Al Maghribiya :

• Elalamy : l a digitalisation, une source d’opportunités d’investissement et d’emplois. La digitalisation de l'économie permettrait de créer davantage d’emplois et se veut une source d'opportunités d’investissement qu'il faut mettre à profit, a indiqué le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. S’exprimant lors de l’inauguration de la 10è édition de la Conférence virtuelle sur la technologie, la société et la sécurité "CyFy 2020", organisée par le think-tank indien Observer Research Foundation (ORF), Elalamy a noté une avancée substantielle dans le secteur du digital et des technologies numériques pendant la période de la pandémie de Covid-19, relevant que les habitudes de consommation, de production et de commercialisation ont fortement changé partout dans le monde. Les technologies numériques ont gagné en importance et en expansion et se sont démarquées comme l'un des grands bénéficiaires de cette pandémie, selon le ministre marocain. Il y a nécessité de capitaliser, a-t-il insisté, sur cette très forte avancée des technologies avec de nouveaux modes de travail qui se sont considérablement développés, donnant lieu à des résultats et des bénéfices majeurs dans diverses industries et métiers. 

Al Ahdath Al Maghribiya :

• Psychiatrie : Le Royaume accuse un déficit en nombre de praticiens. Le président de l’Association Marocaine pour l'Appui, le Lien, l'Initiation des familles de personnes souffrant de troubles psychiques (AMALI), Fouad Mekouar, a indiqué que le Maroc a accusé un déficit de 306 psychiatres dans le secteur public et privé. Le Royaume dispose par ailleurs d’une capacité litière de 2.225 lits seulement pour la santé mentale répartis sur 34 structures de soins en psychiatrie et addictologie soit 0,7 lit pour 10.000 habitants, alors que la norme internationale préconise 1 lit pour 10.000 habitants. Mekouar a ajouté que la répartition régionale est inégale où l’axe Casa-Kénitra se taille la part du lion (Casablanca regorge 60% des ressources). Côté médicament, le président de l’Association AMALI, déplore que le budget de 90 MDH alloué aux médicaments psychotropes reste insuffisant avec absence des médicaments de nouvelle génération.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le Maroc pour des actions concrètes et concertées contre la criminalité transnationale. Le Maroc a plaidé, à Vienne, pour des actions concrètes, concertées et coordonnées sur le terrain, par l'entremise des différents canaux de la coopération régionale et internationale, pour une lutte efficace et efficiente contre la criminalité transnationale organisée dans toutes ses formes et manifestations. "La lutte contre la criminalité organisée ne pourrait être maitrisée qu’à travers une prise de conscience continue des dangers de la criminalité, dans toutes ses formes et manifestations sur l’humanité, et une conviction profonde de l’importance de la prise d’actions concertées, coordonnées et orientées dans le cadre d’une coopération renforcée et soutenue pour laquelle le Maroc plaide depuis des années", a affirmé l’ambassadeur, représentant permanent du Royaume auprès des Organisations internationales à Vienne, Azzeddine Farhane. Intervenant à l’ouverture des travaux de la 10ème session de la Conférence des Etats parties à la Convention internationale sur la criminalité transnationale organisée (UNTOC), qui se tient du 12 au 16 octobre à Vienne, le diplomate marocain a souligné que l’option de la coopération et le principe de la responsabilité régionale et internationale partagée doivent constituer le pivot de toute action concrète basée sur une vision commune, réaliste, durable et constructive.

Al Alam :

• Signature à Pékin d'un mémorandum d'entente entre Bank Of Africa et la CCCME pour la consolidation des opérations financières. Bank Of Afirca (BMCE Group) a signé, à Pékin à travers sa succursale à Shanghai, un mémorandum d'entente avec la Chambre de commerce chinoise d'import et export de machines et produits électroniques (CCCME), visant à consolider la coopération entre les deux parties en matière des opérations financières et commerciales. Signé par la vice-présidente de la CCCME, Liu Chun et le directeur général de Bank Of Africa (succursale à Shanghai), Said Arden, ce mémorandum d'entente vise à mettre en place les jalons d'une coopération durable entre la banque marocaine et les membres de la CCCME en leur offrant, à travers sa succursale à Shanghai, des produits de trade finance et de corporate banking adaptés à leur besoin d'affaires, notamment avec les importateurs africains, indique mardi un communiqué de Bank of Ofrica. La CCCME est l'une des plus importantes chambres de commerces en Chine avec ses 10.000 membres qui réalisent 60 pc du total export de la Chine, selon la même source. 

Bayane Al Yaoum :

• Jouahri dans le top 10 des meilleurs banquiers centraux. Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a maintenu sa position, pour la quatrième année consécutive, dans le top 10 des meilleurs banquiers centraux, selon le dernier classement du magazine américain Global Finance. Jouahri a obtenu la note la plus prestigieuse "A", attribuée par le magazine new-yorkais dans son rapport intitulé "Central Banker Report Cards 2020", a indiqué BAM dans un communiqué. Le "Central Banker Report Cards", publié annuellement par Global Finance depuis 1994, classe les gouverneurs des banques centrales de plus de 90 pays clés en plus de l'Union européenne, la Banque centrale des Caraïbes orientales, la Banque des États d'Afrique centrale et la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest, a précisé le communiqué. "Même en périodes favorables, les banquiers centraux sont confrontés à une panoplie de défis. Aujourd'hui, avec la crise sanitaire universelle, les banquiers centraux sont confrontés à des contraintes inédites d'ordres politique et opérationnel", a déclaré Joseph Giarraputo, éditeur et directeur de rédaction à Global Finance, cité par le communiqué.

Rissalat Al Oumma :

• Le passeport marocain donne accès à 64 pays. Le passeport marocain pointe à la 76e place, soit un bond de 3 places par rapport au 3è trimestre 2020, où il occupait le 79è rang, indique le classement du « passeport Index » établi par le cabinet londonien Henley & Partners, ajoutant que les citoyens marocains peuvent visiter avec leur passeport 64 pays à travers le monde sans visa. Par ailleurs, les ressortissants marocains doivent se munir d'un visa pour séjourner dans 162 pays, notamment les pays européens, poursuit la même source, notant que les marocains sont dispensés de visa dans 13 pays asiatiques, 17 pays africains et certains pays du Moyen-Orient, à savoir l'Iran, la Turquie, le Liban, la Jordanie et la Syrie. 





Nouveau commentaire :
Twitter

Le Fil | Coupures | Flash | Marrakech