MAP le Jeudi 15 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 15/10/2020


Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :


L'Économiste :

• Où sont passés 150.000 élèves? De nombreux parents, ne pouvant plus supporter les frais de scolarité de leurs enfants, ont fait le choix de les inscrire dans le public. “Nous enregistrons une baisse d’inscriptions de 15%, avec une perte de 150.000 élèves”, confie Kamal Daissaoui, président de la Fédération de l’Enseignement privé (FEP). 150.000 élèves regagnent donc cette année une école publique déjà en sureffectif. Les accueillir dans de bonnes conditions ne sera certainement pas évident. Toutefois, tous auront droit à un siège. “L'école publique ne peut en aucun cas refuser un élève. Néanmoins, si l'établissement n'a pas de place disponible, la délégation provinciale peut orienter l'élève vers un autre”, assure le ministère. Une migration massive vers le public ne serait pas sans conséquences sur la qualité de l'offre en place. Elle battra en brèche les avancées réalisées ces dernières années en matière de taux d'encadrement des élèves.

• ADM: des chantiers menés de front, malgré la conjoncture . Autoroutes du Maroc met les bouchées doubles pour la livraison de ses chantiers en cours. Malgré une perte du chiffre d'affaires évaluée à 437 millions de DH au le semestre 2020, les projets projets prioritaires ont été maintenus, voire accélérés. La crise du Covid-19 a certes impacté directement le trafic autoroutier et par conséquent les recettes de péage. Mais la période de confinement a été mise à profit, bénéficiant de la chute du trafic (plus de 80%). «Sur l'axe Casa-Ber rachid, nous sommes en avance par rapport au calendrier initial grâce à la mobilisation des ouvriers durant cette période», affirme Omar Sikkal, DG d'ADM Projet, filiale tech nique d'ADM). Sur ce tronçon très fréquenté, les travaux sont menés sur plusieurs fronts : triplement des voies, nouvelles gares de péage, échangeurs, passerelles piétons, surélévation des ponts existants...

Le Matin :

• Un protocole de coopération maroco-espagnole visant l’autonomisation de plus de 3.000 femmes et jeunes . Un protocole administratif de coopération maroco-espagnole a été signé, mardi à Rabat, dans l'objectif d'appuyer l'autonomisation de plus de 3.000 femmes et jeunes via l'entrepreneuriat en économie sociale et solidaire dans quatre régions du Royaume. S'étalant sur une période de 36 mois, le protocole a été signé par la ministre du Tourisme, de l'artisanat, du transport aérien et de l'économie sociale, Nadia Fettah Alaoui, l'ambassadeur de l’Espagne au Maroc Ricardo, Diez-Hochleitner Rodriguez, et le représentant de l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID); Ignacio Martínez Boluda. Ce projet de coopération prévoyant une contribution financière de l’AECID de 600.000 euros, cible des femmes et des jeunes porteurs de projets innovants dans les régions de Casablanca-Settat, Souss-Massa, l’Oriental et Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Il intervient dans le cadre du plan de relance du secteur de l'Économie sociale et solidaire (ESS) avec des ambitions précises, claires et réalisables, l'objectif étant de rechercher de nouvelles solutions pour lutter contre les effets de la pandémie de Covid-19, indique-t-on auprès du ministère du Tourisme, de l'artisanat, du transport aérien et de l'économie sociale.

• CNDH : Lancement d'un projet dédié à l'effectivité du droit à la santé . Un projet baptisé "Effectivité du droit à la santé au Maroc: vers un système de santé basé sur l'approche fondée sur les droits de l'Homme" a été lancé mercredi à Rabat, par le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), en partenariat avec la Fondation Konrad-Adenauer. Ce projet a pour finalité de plaider en faveur d'une stratégie sanitaire nationale intégrée, transversale, inclusive et convergente à même de garantir le droit à la santé pour tous et d'agir sur les inégalités sociales et territoriales qui entravent la jouissance de ce droit par tous. Il se veut aussi une opportunité permettant à toutes les parties prenantes ainsi que les partenaires nationaux et internationaux de débattre et d'échanger sur les pistes de réforme du système sanitaire marocain, à la lumière des obstacles qui entravent l'accès au droit à la santé, indique-t-on auprès des deux institutions initiatrices de ce projet.

Aujourd’hui le Maroc :

• Seulement 630 greffes rénales réalisées en 34 ans . Le Maroc manque cruellement de donneurs d’organes alors que les demandeurs sont toujours aussi nombreux. A l’occasion de la journée mondiale du don et de la transplantation d’organes, l’association «Reins» livre des chiffres alarmants sur les transplantations rénales. Depuis la première transplantation rénale avec donneur vivant réalisée en 1986 jusqu’à présent, seulement 630 greffes rénales ont été réalisées dont 60 à partir de sujets en état de mort encéphalique. Selon l’association, cela représente environ 17 greffes par million d’habitants depuis 1990, des chiffres dérisoires comparés à la demande. Les candidats éventuels au don d’organes après la mort sont rares. Depuis 1989, seules 1.100 personnes, dont plus de 700 à Casablanca, se sont inscrites aux registres de don d’organes après la mort, mis à la disposition des volontaires au niveau des différents tribunaux de première instance du Royaume. 

• L'activité portuaire toujours aussi résiliente . Malgré la crise due à la Covid-19, le trafic transitant par les ports affiche une solide croissance durant cette période. Au seul mois de septembre 2020, l’activité portuaire grimpe de 8% enregistrant un volume de 8 millions de tonnes. Selon les dernières statistiques de l’Agence nationale des ports, le trafic portuaire est en croissance de de 6,9% durant les neuf premiers mois de l’année 2020 générant un volume global de 70,5 millions de tonnes (MT). Durant les cinq dernières années, le taux d’évolution annuel du trafic est de 4%. A titre comparatif, l’activité des ports gérés par l’ANP au cours des neuf premiers mois de 2019 est de plus de 65,96 MT contre 64,22 MT à fin septembre 2018, 62,47 MT à fin septembre 2017 et 58,04 MT à fin septembre 2016.

Maroc le Jour : 

• Le Maroc, un acteur majeur dans la méditerranéenne. Le Maroc joue un rôle majeur dans la coopération euro-méditerranéenne et même dans la coopération arabo-européenne, a affirmé le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), Nasser Kamel. Lors d'un point de presse à l'issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, le secrétaire général de l'UpM a rappelé que le Royaume a toujours été leader dans les relations entre les deux rives de la Méditerranée, soulignant que sa visite vise, à juste titre, de prendre connaissance de la vision du Maroc et de ses propositions concernant les défis qui se dressent devant l'Union à l'ère de la pandémie de Covid-19. L'objectif est de bâtir des relations équilibrées sur la base du développement durable, a poursuivi Kamel. Le Maroc a toujours eu une vision "claire" concernant l'encadrement des relations euro-méditerranéennes et de leurs domaines de priorité, tout en œuvrant en faveur de relations équilibrées entre deux rives partenaires ayant de nombreux intérêts communs, a relevé le secrétaire général de cette institution basée à Barcelone.

• Environ 300.000 étudiants bénéficient de la couverture médicale obligatoire pendant l'actuelle saison universitaire. Près de 300.000 étudiants bénéficieront d'une couverture médicale obligatoire pendant l'actuelle saison universitaire, contre 216.000 étudiants au cours de la saison précédente, a indiqué le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi. En réponse à une question centrale sur "La rentrée scolaire, universitaire et de la formation professionnelle 2020-2021", à la Chambre des conseillers, Amzazi a souligné que le nombre total d'étudiants dans le secteur de l'enseignement supérieur atteindra un million et 79 mille, avec un taux de croissance d'environ 7% par rapport à l'année dernière, indiquant qu'il est prévu que le nombre des étudiants universitaires boursiers s'élève à 400.000 étudiants. Dans le cadre de la politique de proximité, de la promotion de l'égalité des chances et de l'amélioration de l'offre universitaire, des établissements universitaires ont été créées dans plusieurs régions et provinces, a fait observer le ministre.

L’Opinion :

• Réanimation dans les hôpitaux … Y a-t-il une pénurie d’oxygène au Maroc ? Compte tenu de l’évolution inquiétante de la crise sanitaire dans le Royaume, la question de la disponibilité de l’oxygène médical dans les hôpitaux en quantités suffisantes se pose. De nombreux hôpitaux du pays disposent de bouteilles d’oxygène dans les blocs opératoires et les services. Néanmoins, les petites structures ont un manque flagrant de ce genre d’équipements. Selon les opérateurs du secteur des gaz médicaux, « l’oxygène médical est disponible à des quantités largement suffisantes ». Toutefois, l’approvisionnement des « établissements sanitaires en oxygène requiert des rotations très importantes de livraison. Le parc de camions dont disposent les producteurs n’est pas suffisamment large pour faire des livraisons tout schuss quotidiennement. 

• La Fondation Salé pour la culture et les arts lance un concours pour l'édition de quatre livres. La Fondation Salé pour la culture et les arts a annoncé le lancement d'un concours pour l'édition de quatre livres, dans la limite du budget alloué, et ce dans le cadre de sa contribution à la promotion de la production intellectuelle, et à l'enrichissement de la bibliothèque marocaine, en particulier la collection de la ville de Salé. Ce concours sera encadré par les dispositions du cahier des charges publié sur le site-web de la fondation (www.salaculture.ma), notamment les dispositions relatives à l'ouverture des concours réservés aux auteurs marocains pour des projets de livres inédits dans les deux langues officielles, en plus du français, de l'anglais et de l'espagnol et dont le nombre de pages est compris entre 120 et 280, a indiqué la Fondation dans un communiqué, ajoutant que ces livres doivent aborder une des thématiques en lien avec la question de la culture et des arts, des politiques culturelles, ou de la ville de Salé.

Al Bayane :

• "Allo Eco", premier centre d'écoute environnementale au Maroc . Le centre "Allo Eco", qui s'intéresse aux questions environnementales à Tanger, est venu refléter le développement de la prise de conscience de la société marocaine de son droit à un environnement sain et respectueux de la santé, l'un des droits de l'Homme de la troisième génération les plus importants, et représenter une expérience unique parmi les centres d'écoute à caractère social et juridique, qui sont devenus nombreux grâce à l'enracinement de la culture des droits chez les citoyens. Créé par l'Observatoire pour la protection de l'environnement et des monuments historiques de Tanger (OPEMH Tanger), le centre "Allo Eco" constitue le couronnement du projet de coopération avec la fondation américaine National Endowment for democracy (NED), qui a vu le jour il y a plus d'un an et s'est assignée pour objectif majeur de promouvoir le plaidoyer et la participation citoyenne au suivi des questions environnementales dans la ville du Détroit. 

• L'action législative et de contrôle au menu d'une réunion de la Chambre des représentants . Le contrôle de l'action gouvernementale et le volet législatif ont été lundi au centre d'une réunion du président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, avec les présidents des groupes et du groupement parlementaires. L'accent a été mis, au cours de cette rencontre, sur l'organisation du programme des questions hebdomadaires compte tenu des derniers développements, "de manière à placer l'intérêt et les préoccupations de l'opinion publique nationale au cœur de la pratique du contrôle hebdomadaire", indique un communiqué de la Chambre. M. El Malki et les présidents des groupes ont relevé l'importance de la production législative émanant des membres de la Chambre sous forme de propositions de loi, dont le nombre est d’environ 210, dont 40 datent du mois de mars dernier. Ces propositions sont destinées à "combler de nombreuses lacunes juridiques résultant des circonstances de la pandémie", de même qu'elles s’intéressent à de nombreuses questions sociales, économiques et organisationnelle, a-t-on ajouté.

Libération :

• Le Maroc, pivot de la relation entre l'UE et l'Afrique . Le Maroc a vocation à être le pivot de la relation entre l'Union européenne et l'Afrique, a souligné, lundi à Casablanca, le ministre délégué auprès du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité, Franck Riester. S'exprimant à l'issue d'une rencontre bilatérale avec le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique Moulay Hafid Elalamy, M. Riester a fait part de sa satisfaction quant à la solidité, l'excellence et la durabilité des liens séculaires et privilégiés qui unissent la République Française et le Royaume du Maroc, rappelant à cet égard, le niveau de coopération économique bilatérale exemplaire qui concerne des secteurs absolument stratégiques pour les deux pays. De son côté, M. Elalamy a relevé que la relation d'exception entre le Maroc et la France constitue une opportunité pour mieux adresser ensemble les divers défis de la relance économique post-covid.

• Promotion de l'artisanat: une nouvelle stratégie en cours d’élaboration . La ministre du Tourisme, de l'artisanat, du transport aérien et de l'économie sociale, Nadia Fettah Alaoui a indiqué, mardi à Rabat, que son département se penche sur une nouvelle stratégie pour la promotion du secteur pour la période 2021-2030. En réponse à une question orale sur "La stratégie relative à l'artisanat et le soutien du secteur", présentée par le groupe du Rassemblement national des indépendants à la Chambre des conseillers, Mme Fettah Alaoui a indiqué que cette stratégie, qui se prépare en partenariat avec les chambres de l'artisanat et la Fédération des entreprises d'artisanat et d'autres partenaires, comprend des mesures prioritaires pour le secteur, en vue de préserver le tissu économique et les postes de travail. Le ministère, à la lumière des circonstances liées à la pandémie de Covid-19, a mis en œuvre des mesures urgentes concernant la commercialisation, le financement et l'appui des métiers, a-t-elle noté.

Akhbar Al Yaoum :

• Covid-19 : aucun impact sur les inscriptions dans les écoles privées. Les inscriptions dans les écoles privées n’ont pas été impactées au début de la rentrée scolaire, et ce malgré la décision de certains parents d’élèves de migrer vers l’enseignement public. Durant l’année scolaire précédente, les écoles privées ont accueilli pas moins de 2.105.182 élèves, soit 14,44 % du nombre total des élèves inscris, a indiqué le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, à la Chambre des conseillers. Il y a lieu de constater que bien avant le déclenchement de la crise sanitaire, 50.000 élèves relevant du privé ont formulé des demandes de transfert au public. Selon les informations du journal, la vague de migration du système privé vers l’école publique, qui a débuté bien avant le début de la crise pandémique, s’explique par l’amélioration de l’offre, le changement opéré dans les méthodes d’enseignement, l’introduction de l’enseignement du français dès le primaire et les frais de scolarité élevés appliqués par les écoles privées.

• Jouahri dans le top 10 des meilleurs banquiers centraux. Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a maintenu sa position, pour la quatrième année consécutive, dans le top 10 des meilleurs banquiers centraux, selon le dernier classement du magazine américain Global Finance. Jouahri a obtenu la note la plus prestigieuse "A", attribuée par le magazine new-yorkais dans son rapport intitulé "Central Banker Report Cards 2020", a indiqué BAM dans un communiqué. Le "Central Banker Report Cards", publié annuellement par Global Finance depuis 1994, classe les gouverneurs des banques centrales de plus de 90 pays clés en plus de l'Union européenne, la Banque centrale des Caraïbes orientales, la Banque des États d'Afrique centrale et la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest, a précisé le communiqué. "Même en périodes favorables, les banquiers centraux sont confrontés à une panoplie de défis. Aujourd'hui, avec la crise sanitaire universelle, les banquiers centraux sont confrontés à des contraintes inédites d'ordres politique et opérationnel", a déclaré Joseph Giarraputo, éditeur et directeur de rédaction à Global Finance, cité par le communiqué. 

Al Yaoum Al Maghribi : 

• PLF : feuille de route pour transcender les difficultés générées par Covid-19. Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé mercredi au Palais Royal à Rabat, un Conseil des ministres, qui a été consacré à l’examen des orientations générales du projet de loi de finances pour l’année budgétaire 2021 et l’adoption de nombre de projets de textes juridiques et d’accords internationaux. Au début des travaux du Conseil, Sa Majesté le Roi s’est informé auprès du ministre de la Santé au sujet de l’avancement du vaccin contre Covid-19 en cours de développement par la Chine, en ce qui concerne le Maroc. Le ministre de la Santé a répondu qu’il y a un contact permanent avec les entreprises et avec le gouvernement chinois, qui font montre d’une bonne volonté à ce sujet, soulignant que les choses évoluent dans le bon sens. Par la suite et conformément aux dispositions de l’article 49 de la Constitution, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration a présenté un exposé sur les orientations générales du projet de loi de finances pour l’année budgétaire 2021. Le ministre a affirmé, à cet égard, que ce projet de loi a été élaboré en application des Hautes Orientations royales contenues dans le Discours du Trône et celui de l’ouverture de l’année législative, qui ont tracé la feuille de route pour transcender les difficultés économiques et sociales générées par la crise et construire les fondamentaux d’une économie forte et compétitive et un modèle social plus inclusif. Il a souligné également que ce projet a été élaboré dans un contexte international difficile marqué par la crise liée à la pandémie du Covid-19 et ses répercussions économiques et sociales notamment sur l’activité de plusieurs secteurs.

• Le Maroc, 1er investisseur africain en France. La France et le Maroc ont souligné le dynamisme de leurs relations économiques et ont appelé au renforcement de leur partenariat économique qui doit s'orienter en « priorité » vers la décarbonisation de l'économie, le digital et l'innovation, le développement des PME et les projets communs de coopération en Afrique. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé du commerce extérieur et de l'attractivité, Franck Riester s'est rendu au Maroc du 11 au 13 octobre pour « son premier déplacement hors de l'Union européenne ». Il s'est entretenu avec le ministre marocain chargé de l'industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. Les deux ministres ont « souligné l'importance des investissements français au Maroc et marocains en France et les coopérations sectorielles ambitieuses entre la France et le Maroc, qui témoignent du dynamisme des relations économiques entre nos deux pays », a indiqué, mardi, la porte-parole du Quai d'Orsay. Selon le Quai d’Orsay, « le Maroc est le premier investisseur africain en France et la première destination des investissements français sur le continent africain, avec plus de 950 filiales d'entreprises françaises générant plus de 100.000 emplois ».

Al Massae : 

• Des médecins sans couverture médicale. 12.000 médecins privés ne bénéficient ni de couverture médicale ni de système de retraite, a affirmé le collège syndical National des Médecins Spécialistes Privés (CSNMSP). En effet, si la loi 98.15 relative au régime de l'assurance maladie obligatoire de base pour les catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale, a été publiée au Bulletin officiel le 5 avril 2018, les dispositions de cette loi n'ont pas été mises en exécution, a souligné Saâd Agoumi, président fondateur du syndical, notant que les propositions des médecins du privés, relatives à la tarification de référence n'ont pas été prises en compte. Dans ce sens, Agoumi a précisé que le CSNMSP a proposé une cotisation ne dépassant pas 590 DH, dont 275 DH représentant la tarification de base et 315 DH supplémentaires pour l'appui de l'équilibre du fonds dédié à la couverture médicale, relevant que les médecins avaient décidé lors d'une assemblée générale élargie l'augmentation de la cotisation mensuelle à 700 DH. Une proposition qui a été rejeté à son tour, selon lui.

• Les procureurs appelés à renforcer la protection sociale. Le président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, a appelé les procureurs à davantage d'implication dans les affaires traitant la protection sociale dans le domaine du travail. Dans une nouvelle circulaire, Abdennabaoui, a accorder à la question de la protection sociale l'importance qu'elle mérite, tout en renforçant la coopération et la communication avec l'inspection du travail sur au niveaux régional et local pour un meilleur contrôle, par les inspecteurs, de l'application des engagements stipulés dans les contrats de travail. Il s'agit également, selon la circulaire, d'étudier les dossiers dans les plus brefs délais en prenant en considération le caractère urgent des cas qui le nécessitent.

Al Alam :

• Infections, cas critiques et décès, les chiffres continuent de grimper. Plus de 34.600 cas positifs au Covid-19 ont été détectés au cours de la première quinzaine d'octobre, a fait savoir le ministère de la Santé, faisant état de 500 décès liés à la pandémie durant la même période, soit une augmentation de 5% et un taux de reproduction qui se situe entre 0,98 et 1,2%. Par ailleurs, trois mille cent quatre-vingt-cinq (3.185) nouveaux cas d'infection au coronavirus et 1.964 guérisons ont été enregistrés au Maroc du lundi 12 octobre à 18H au mardi 13 octobre à la même heure. Avec ces chiffres, les cas actifs ont atteint un total de 22.799, alors que les cas sévères ou critiques sont au nombre de 535, dont 50 placés sous intubation. Face à cette situation, le président du collège syndical National des Médecins Spécialistes Privés (CSNMSP), Saïd Afifi, a souligné que tant que les gens ne respectent pas les gestes barrières, les cas de contamination continueront d'augmenter, appelant les Marocains à respecter les mesures préventives afin de permettre à l'économie nationale de reprendre et aux élèves de retrouver les bancs des écoles.

• Port de Casablanca : Mise en échec d’une tentative de trafic de 605 kg de chira. Une opération sécuritaire conjointe menée, mardi au port de Casablanca par les éléments de la Sûreté nationale et ceux de l'Administration des douanes et impôts indirects, a permis d'avorter une tentative de trafic de 605 kg de chira à bord de conteneurs de transport international à destination d'un port européen. Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les recherches effectuées avec la participation de la brigade cynotechnique de la police ont permis de saisir 605 kg de chira, qui étaient minutieusement emballés et dissimulés dans six conteneurs transportant des cargaisons de pierres à plâtre, utilisées pour habiller la drogue. Les investigations et enquêtes menées dans cette affaire ont conduit à l'interpellation du gérant de la société chargée de l'exportation de la cargaison, un trafiquant récidiviste, ainsi que d'un employé de ladite société, précise le communiqué.

Al Ittihad Al ichtiraki :

• 6 Vaccins anti-Covid-19 en dernière phase d'essais . Pas moins de 29 vaccins anti-Covid-19 sont en phase d'essai dans plusieurs pays dont le Maroc. Parmi ces vaccins, 6 sont entrés dans la 3ème phase qui est l'ultime étape avant la promulgation et la commercialisation. Trois de ces 6 vaccins en avance sont développés en Chine, dont deux développés par l'entreprise étatique Sinopharm et un troisième par une entreprise privée. En Angleterre, c'est l'Université d'Oxford et AstraZeneca qui se penchent sur le quatrième vaccin, tandis que deux autres vaccins sont en cours de développement aux USA. Selon Adrien Hill, directeur de l'Institut Jenner relevant de l'Université d'Oxford, l'arrivée à la troisième phase des essais du vaccin anti-Covid en l'espace de quelques mois est une prouesse. Car le développement d'un vaccin nécessite d'habitude pas moins de 6 années.

• Amzazi: "229 écoles ont été fermées après la découverte de cas de Covid-19". Un total de 229 établissements d'enseignement scolaires, accueillant 128.599 élèves ont été fermés après la découverte de cas positifs à la Covid-19, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi. En réponse à une question centrale sur "La rentrée scolaire, universitaire et de la formation professionnelle 2020-2021" à la Chambre des conseillers, M. Amzazi a souligné que sur la base des dispositions de la note ministérielle n° 046x20 relative à la procédure de gestion des cas affectés par le coronavirus en milieu scolaire, 229 établissements d'enseignement recevant 128.599 élèves ont été fermés, suite à la découverte de cas positifs à la Covid-19 concernant 1.708 étudiants, 1.767 enseignants, 289 cadres de l'administration et 187 autres cadres.

Assahraa Al Maghribiya : 

• Covid-19: Création d'une unité spécialisée des tests PCR au Centre de radiologie et d'analyses médicales de la Sûreté nationale à Rabat. Dans le cadre des efforts continus que la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) ne cessent de déployer pour soutenir et diversifier les services à caractère social en général et sanitaire en particulier qui sont offerts à l’ensemble de leurs fonctionnaires, une unité spécialisée des tests PCR Covid-19 a été créée au niveau du Centre de radiologie et d'analyses médicales de la Sûreté nationale à Rabat. Un communiqué conjoint de la DGSN et de la DGST indique que la création de cette unité médicale intervient dans le contexte de renforcer les mesures de précaution adoptées par les services de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire en vue de garantir la sécurité sanitaire de leur personnel et appuyer les mécanismes de protection susceptibles d’éviter la propagation de la pandémie parmi les éléments de la police dans leurs différents services et unités, puisqu’ils sont en première ligne de la lutte contre le nouveau coronavirus.

• Jazouli met en avant devant le Conseil exécutif de l'UA les Orientations de SM le Roi pour un élan de solidarité en Afrique. Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Mohcine Jazouli, a mis en avant devant le Conseil exécutif de l’Union africaine les Orientations de SM le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, pour un élan de solidarité en Afrique. Jazouli qui s’exprimait lors de la 37ème session du Conseil exécutif de l’Union africaine, tenue mardi par visioconférence, a affirmé que les pays africains devaient trouver des synergies entre leurs économies et développer des complémentarités car après le temps de l’urgence, venait le temps de la relance. Intervenant lors du débat au sujet de la pandémie de la Covid-19 en Afrique, le ministre délégué a rappelé que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, fidèle à son engagement africain permanent, avait donné Ses Très Hautes Instructions, au mois de juin dernier, pour l’acheminement d’aide médicale à plus de 20 pays africains. Le ministre délégué qui représente le Maroc à cette 37ème session, a relevé d’autre part que la Zone de Libre Echange Continentale Africaine est un projet fédérateur, générateur de croissance partagée et de codéveloppement inclusif.

Al Ahdath Al Maghribiya : 

• Un nouveau vaccin contre la grippe saisonnière. Comme le veut la tradition, le ministère de la Santé s’apprête à lancer une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Une vaccination qui s’avère particulièrement importante, cette année, avec la propagation du coronavirus et les risques de saturation des hôpitaux en hiver. C’est pour cette raison que les experts de la santé conseillent aux personnes âgées et à celles atteintes de maladies chroniques de se faire vacciner. Le vaccin de cette année est quadrivalent: il s’attaque à quatre souches du virus et son inoculation ne produit pas d’effets secondaires, ni de complications. Il sera disponible dès la fin du mois d’octobre à l’institut Pasteur, dans les centres hospitaliers et les pharmacies. Les détenteurs de la carte RAMED, ainsi que les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, seront vaccinés gratuitement. En revanche, le vaccin sera vendu dans les pharmacies au prix public de 126 dirhams sachant que, l’année dernière, le vaccin trivalent ne coûtait que 72 dirhams.

• Covid-19 : interdiction à Casablanca des rassemblements devant les écoles. La montée en flèche des contaminations au coronavirus dans la région de Casablanca a poussé le ministère de l'Éducation nationale à prendre des mesures supplémentaires pour contenir la propagation du Coronavirus. Ainsi, il a été décidé d’interdire les rassemblements et les réunions devant les établissements d’enseignement et à l’application stricte du protocole sanitaire. Dans une correspondance adressée aux directeurs provinciaux et directeurs des établissements d’enseignement public et privé à Casablanca, le directeur de l’Académie Régionale de l'Education et de la Formation de Casablanca-Settat, Abdelmoumen Talib, a appelé à la fermeture temporaire des salles de réunion des professeurs, la réduction au maximum des réunions programmés, l’interdiction et la dispersion des rassemblements des étudiants au sein ou devant les établissements scolaires, en coordination avec les autorités locales.

Bayane Al Yaoum :

• Le SG de l'ONU met à nu l’usurpation de statut par le "polisario" devant le Conseil de Sécurité. Dans son dernier rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterre, a mis à nu l’usurpation de statut et de fonction, ainsi que le faux et usage de faux, de la part d’un membre du groupe armé séparatiste du "polisario", qui s’autoproclame fallacieusement "représentant à l’ONU". Ainsi, dans son rapport au Conseil de sécurité, en date du 23 septembre 2020, actuellement à l’examen par le Conseil, M. Guterres se réfère, dans deux paragraphes distincts, à ce séparatiste notoire en tant que simple "représentant du polisario à New York" et nullement "représentant auprès des Nations Unies". Ce n’est pas la première fois que le chef de l’ONU renvoie ce mercenaire à son véritable statut de simple résident dans la ville de New York. En effet, la même référence en tant que "représentant du polisario à New York" se retrouve dans les précédents rapports du Secrétaire général au Conseil de sécurité des Nations Unies. Ces références du chef de l’ONU démontrent clairement que ni le "polisario", ni ses "représentants" ne jouissent d’un quelconque statut auprès de l’Organisation des Nations-Unies, et encore moins d’une représentation auprès de l’Organisation internationale, composée exclusivement d’États membres souverains.

• DG de l'ONMT : le Maroc a mis en place "des protocoles sanitaires robustes" pour assurer la sécurité des touristes. L'Office national marocain du tourisme (ONMT) a organisé à Londres un Webinar dédié à la présentation de sa feuille de route pour la reprise du tourisme au Maroc, après le confinement imposé par la pandémie de coronavirus. Initié par la délégation de l'ONMT à Londres, sous le thème : "Morocco's roadmap to recovery", ce webinar a été l'occasion d'échanger avec des voyagistes et des compagnies aériennes britanniques et internationaux autour des différentes mesures sanitaires entreprises au Maroc pour promouvoir le secteur du tourisme, mais aussi des différentes opportunités de partenariats pour la réouverture de la destination Maroc. Intervenant à l'ouverture de cette rencontre, le Directeur général de l'ONMT, Adil El Fakir a assuré que le Maroc a mis en place "des protocoles sanitaires robustes", que ce soit dans les aéroports, les hôtels, les restaurants ou les lieux publics pour assurer la sécurité des touristes.

Rissalat Al Oumma :

• Le FMI table sur un rebond de 4,9% de l'économie marocaine en 2021. L'économie marocaine devrait se contracter de -7% en 2020 avant de rebondir avec une croissance de 4,9% en 2021, selon les nouvelles projections du Fonds monétaire international (FMI). Dans son rapport semestriel sur les perspectives de l’économie mondiale publié mardi, le FMI estime que le chômage devrait se situer à 12,5% en 2020 avant de redescendre à 10,5% en 2021, contre 9,2% en 2019. S’agissant de l’inflation, elle devrait se maintenir en 2020 au même niveau que 2019, soit 0,2%, et augmenter légèrement à 0,8% en 2021, selon l’institution financière basée à Washington. Pour sa part, le solde du compte courant du Maroc s’établirait à -7,3% en 2020 (-4,1% en 2019), et à -5,2% en 2021.

• Casablanca: interpellation du suspect impliqué dans la tentative de vol et le meurtre d'un mineur. Les éléments de la Brigade de la police judiciaire relevant du district de sûreté d'Ain Chok à Casablanca ont interpelé, mardi après-midi, le suspect impliqué dans une tentative de vol avec homicide volontaire à l'aide d'une arme blanche sur un élève mineur de 16 ans. Les services de la sécurité nationale d'Ain Chok avait procédé, lundi après-midi, à la constatation du corps de la victime qui a subi une tentative de vol suivie d'une agression physique dangereuse ayant entrainé sa mort, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, ajoutant que les recherches et investigations intensives sur le terrain, appuyées par les expertises techniques, ont permis de clarifier cette affaire et d'identifier le suspect impliqué dans sa commission. Les recherches et enquêtes menées ont permis de saisir l'arme blanche utilisée dans le crime, en plus des habits portés par le suspect dans la scène du crime, précise le communiqué, ajoutant que ces effets ont été transmis au laboratoire de la police scientifique relevant de l'Institut des sciences forensiques de la DGSN pour les expertises nécessaires.





Nouveau commentaire :
Twitter

Le Fil | Coupures | Flash | Marrakech