Coupures.com est un Bulletin de veille
MAP - Reproduit ici le Mercredi 21 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 21/10/2020


Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :


L'Économiste :

• Made in Maroc: L’anomalie sur les produits réimportés corrigée . “C’est une excellente mesure qui va encourager la production locale. Les donneurs d'ordre seront incités à produire au Maroc”, déclare à un opérateur textile. Les produits importés, après leur transformation sous régime économique en douane, et ayant acquis l'origine marocaine s'acquitteront d'un droit d'importation minimum de 2,5%. La disposition prévue par le projet de loi de finances 2021 est vivement saluée en particulier par le secteur textile. Si elle est validée par le Parlement, cette disposition pourrait atténuer l'effet de la hausse des droits d'importation sur les produits finis. “Cette mesure rectifie une anomalie”, indique Hakim Marrakchi, président de la Commission Fiscalité et Douane à la CGEM.

• PLF 2021: Le tabac chauffé fera son entrée . Le tabac chauffé fera bientôt son entrée sur le marché marocain. Réputé moins nocif que la cigarette classique, basé sur le principe de la combustion et donc la libération de milliers d'agents cancérigènes, il représente une alternative pour les fumeurs qui n'arrivent pas à décrocher. Jusque-là, les opérateurs se sont abstenus de distribuer cette nouvelle catégorie de produits faute d'un cadre réglementaire et d'une fiscalité dédiée. C'est maintenant chose réglée. Le projet de loi de finances 2021 a prévu un régime fiscal spécifique, assorti d'une définition qui pourrait être élargie à tous les autres produits alternatifs (capsules, vrac…) et pas seulement le tabac chauffé. Sans cette définition, la fiscalisation reste insuffisante. L'adoption d'un cadre fiscal intervient suite aux doléances des distributeurs et vise à capter des recettes fiscales perdues puisque les amateurs s'approvisionnent dans le circuit parallèle.

Le Matin :

• Conseil de l'Europe: Les efforts déployés par le Maroc pour lutter contre la corruption mis en avant lors d’un webinaire . Les efforts déployés par le Maroc en matière de lutte contre la corruption ont été mis en avant, lundi, lors d’un webinaire organisé par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe. Cette conférence virtuelle, organisée sous le thème “promotion de l’éthique publique et prévention de la corruption aux niveaux local et régional au Maroc”, dans le cadre du Partenariat Sud-Med du Congrès, a été l'occasion d’examiner les enjeux de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes pour prévenir les risques et maintenir la confiance envers les autorités locales et régionales. Elle a donné la parole à des membres du Congrès, des représentants des associations nationales de pouvoirs locaux et régionaux ainsi que des autorités nationales du Maroc, et des représentants d’ONGs concernées par ces questions, pour des échanges qui s’inscrivent dans le contexte des réformes et des projets en cours au Maroc, sachant que le Royaume a lancé, en 2016, la « Stratégie nationale de lutte contre la corruption » (SNLCC) autour de cinq axes : gouvernance, prévention, répression, communication/sensibilisation, et formation/éducation. 

• Les accidents de la circulation font 13 victimes en une semaine . Treize (13) personnes ont trouvé la mort et 2.090 autres ont été blessées, dont 64 grièvement, dans 1.551 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain au cours de la semaine allant du 12 au 18 octobre, a indiqué mardi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Ces accidents sont dus principalement à l'inadvertance des conducteurs, au non respect de la priorité, à l'excès de vitesse, à l'inadvertance des piétons, à la perte de contrôle, au non respect de la distance de sécurité, au changement de direction sans usage de signal, au changement de direction non-autorisé, au non-respect du stop, à la circulation sur la voie de gauche, au non-respect des feux de signalisation, à la circulation en sens interdit, à la conduite en état d'ivresse et au dépassement défectueux, a précisé la DGSN dans un communiqué. 

Aujourd’hui Le Maroc :

• EEP : Bientôt le big bang . Les prochains mois seront décisifs pour le secteur des EEP (entreprises et établissements publics). L’Etat semble ainsi déterminé à reconfigurer ce secteur qui occupe une place importante dans le processus de développement socio-économique du pays. «A ce titre, les Hautes orientations royales relatives à la réforme du secteur public et la revue en cours du modèle de développement économique du Maroc, sous-tendent une revue des modèles économiques de certains EEP, visant l’amélioration de leur gouvernance, leurs performances et leur rendement pour une meilleure contribution au développement économique et social du pays. Les EEP constituent, en effet, un acteur majeur dans le modèle de croissance du Maroc comme en témoignent leurs principaux indicateurs de performance», apprend-on auprès du ministère de l’économie, des finances et de la modernisation de l’administration. 

• Fonction publique : Plus de 55.400 départs à la retraite d’ici 2024 . La fonction publique fera face à une nouvelle vague de départs à la retraite durant les prochaines années. Environ 55.488 fonctionnaires seront mis à la retraite pour limite d’âge au titre de la période 2020-2024. C’est ce que révèlent les prévisions de la Caisse marocaine des retraites (CMR) qui figurent dans le rapport des ressources humaines accompagnant le projet de la loi de Finances 2021. C’est le ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur qui connaîtra le plus grand nombre de départs à la retraite. Les prévisions de la CMR font état de 35.038 départs au titre de la période 2020 à 2024, ce qui représente 13,25% de l’effectif des deux départements. 

Maroc Le Jour :

• Santé: 5.500 postes programmés pour 2021 . Le ministère de la santé bénéficiera d'un effort budgétaire continu au titre du projet de la loi de finances pour l'année 2021, portant son budget à près de 20 milliards de dirhams (MMDH). Cet effort budgétaire permettra à ce département "d'assurer le financement des actions nécessaires pour faire face aux exigences pour la riposte à la pandémie de Covid-19 et d'assurer l'approvisionnement continu des hôpitaux en équipements et en moyens de protection et de dépistage, explique la note de présentation du projet de loi de finances (PLF-2021). Afin de renforcer le capital humain nécessaire, 5.500 postes budgétaires sont programmés au titre du PLF-2021 contre 4.000 postes accordés en 2020 portant ainsi le total des créations à 19.000 postes sur la période 2017-2021, ajoute la même source, notant que les Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) ont bénéficié de créations de postes budgétaires importantes s'élevant à 3.223 postes pour la période 2017-2020.

• La généralisation de la couverture sociale démarre à partir du 21 janvier . Le processus de la généralisation de la couverture sociale nécessitera la mise en place d'un ensemble de préalables et mesures d'accompagnement, selon la note de présentation du projet de loi de finances (PLF2021). Ces mesures portent sur la refonte du cadre législatif et réglementaire, la mise à niveau des structures hospitalières et l'organisation de la filière de soins ainsi que la réforme des systèmes et programmes sociaux déjà en place, dans le but d'améliorer progressivement l'impact sur les bénéficiaires à travers l'opérationnalisation du Registre Social Unifié (RSU), précise la note publiée par le ministère de l'Économie, des finances et de la réforme de l'administration. Il s'agit également de la poursuite de la réforme progressive du système de compensation et la réforme de la gouvernance du système de protection sociale à travers la mise en place d'un cadre de gouvernance permettant une plus grande efficience et efficacité de ce système. 

L’Opinion :

• L'aquaculture, un véritable levier de développement dans la région Dakhla-Oued Eddahab . L'aquaculture recèle d’innombrables perspectives de croissance très prometteuses dans la région de Dakhla-Oued Eddahab pour devenir un véritable levier de développement économique local grâce à des investissements robustes tournés vers l'avenir. Riche de sa biodiversité marine et de ses énormes potentialités aquacoles, la perle du Sud offre l’opportunité aux jeunes entrepreneurs de la région de se lancer dans de projets aquacoles, contribuant ainsi à l'intégration effective de la filière dans le tissu économique local et à l'essor de l'économie nationale. Concrètement, l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) a mis en place une stratégie structurante pour le développement d’un secteur aquacole durable et inclusif, tout en accordant un intérêt particulier à l’intégration locale des jeunes entrepreneurs aux projets aquacoles de la région. L'Agence a dans ce sens lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) en novembre 2015 au profit des investisseurs nationaux et étrangers permettant la sélection de 214 projets aquacoles, dont 100 sont portés par 507 jeunes investisseurs de la région, selon des données fournies par l’ANDA.

• L'ONMT lance des voyages de “familiarisation” pour accélérer la relance touristique . Dans le cadre de son plan de relance du tourisme national, l’Office national marocain du Tourisme (ONMT) a organisé deux voyages de familiarisation au départ du Royaume-Uni et de l’Espagne en faveur de professionnels du tourisme. Ces voyages de familiarisation ont pour objectif de mettre en relation les acteurs touristiques espagnols et britanniques avec leurs homologues marocains, en vue de les rassurer sur les dispositions sanitaires prises par le Maroc et d’accélérer la relance touristique, indique lundi un communiqué de l'ONMT. Ces actions marquent la reprise des Fam Trips, afin de rassurer les prescripteurs sur les dispositions sanitaires prises par le Maroc pour la reprise des activités touristiques, précise l'Office, notant que les deux voyages ont mis en relation les créateurs d’expérience marocains avec les professionnels espagnols et britanniques, afin d’actualiser et approfondir leurs connaissances de la destination Maroc et leur faire découvrir les nouvelles infrastructures mises au service du tourisme.

Al Bayane :

• El Otmani : les mesures prises face au Covid-19 ont démontré leur efficacité . Les mesures adoptées pour faire face à la pandémie de Covid-19 ont démontré leur efficacité dans les efforts visant à enrayer la détérioration de la situation épidémiologique dans plusieurs régions du Royaume, a affirmé lundi à Rabat le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani. En réponse à une question centrale sur "la politique gouvernementale à la lumière de l'évolution de la situation épidémiologique" lors de la séance mensuelle des questions de politique générale à la Chambre des représentants, M. El Otmani a souligné que certaines mesures s'avèrent nécessaires en dépit de leur coût. "Le gouvernement assume ses responsabilités et ne peut en aucun cas mettre en péril la santé et la sécurité des citoyens", a-t-il expliqué. Rappelant à ce sujet les discours royaux qui représentent une feuille de route claire en matière de lutte contre l'épidémie, le chef du gouvernement a relevé que ceux-ci mettent l'accent sur la mobilisation nationale collective et la nécessité de faire preuve de vigilance et d'engagement en faveur de la santé des citoyens, parallèlement à l'effort de stimulation de l'économie et l'appui à la protection sociale.

• Sahara: l'Alliance du Pacifique réitère son appui à l'initiative marocaine d'autonomie . L'Alliance du Pacifique a réitéré, lundi, son appui à l’initiative d'autonomie au Sahara proposée par le Maroc et au processus politique mené sous l’égide exclusive des Nations-Unies. Lors d'une réunion virtuelle, organisée à l'initiative de l'ambassade du Maroc à Santiago du Chili, avec la participation de la Commission interparlementaire de suivi de l'Alliance du Pacifique (CISAP) et du président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, les intervenants ont réaffirmé l'appui de la CISAP à l'initiative "sérieuse et crédible" d'autonomie au Sahara marocain, exprimant le soutien de la Commission aux différentes résolutions du Conseil de sécurité dans ce sens notamment les résolutions 1754 et 2494. En outre, la CISAP a émis le vœu de renforcer davantage les mécanismes de coopération et de dialogue politique entre l'Alliance du Pacifique et la Chambre des représentants" en établissant une relation permanente, des activités communes et un échange d'expériences", selon le texte de la Déclaration finale de cette réunion, présidée par MM. Habib El Malki et le député chilien Miguel Angel Calisto, président pro tempore de la CISAP. 

Akhbar Al Yaoum :

• La pandémie reprend de plus belle. Après une stabilisation relative de la situation épidémiologique dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, les indicateurs ont repris leur tendance haussière. En effet, après plus de deux mois de chiffres rassurants, la situation semble s'aggraver pour le cinquième jour consécutif. Lundi, la région a enregistré 162 cas confirmés et 3 décès liés au Covid-19, dont deux victimes à Larache et une à Al Hoceima. Ces données ont contraint les autorités de plusieurs provinces à resserrer la vis en imposant des mesures restrictives comme le confinement total ou partiel pour une durée de 15 jours. Cette flambée des contaminations est due à l'activité du Covid-19 durant l'automne, explique une source médicale, ajoutant que le relâchement des citoyens dans l'application des mesures préventives a également contribué à cette reprise de la pandémie dans la région.

Bayane Al Yaoum :

• Espagne : La Commission des AE du Congrès des députés adopte la convention avec le Maroc en matière de lutte contre la criminalité. La Commission des Affaires étrangères du Congrès des députés espagnol a adopté, lundi, la convention entre le Maroc et l'Espagne sur la coopération en matière de sécurité et de lutte contre la criminalité. La convention, qui a obtenu le feu vert du Conseil des ministres espagnol le 08 septembre dernier, répond à la préoccupation - partagée par les deux pays - concernant l'ampleur des phénomènes criminels et les défis à la sécurité posés par la traite des personnes, le terrorisme, le trafic de drogue et les nouvelles manifestations de la criminalité transnationale organisée. Structuré en un préambule et quinze articles, l'accord réglemente les aspects les plus importants dans le domaine de la coopération, en précisant de manière très détaillée les crimes englobant ladite coopération, selon le gouvernement espagnol.

Libération :

• Le Maroc et le Royaume-Uni se félicitent de leur coopération militaire . Sur Hautes Instructions Royales, M. Abdeltif Loudyi, Ministre délégué auprès du Chef du Gouvernement, chargé de l'Administration de la Défense Nationale a reçu, lundi au siège de cette administration, le Général de Corps d'Armée, Sir John Lorimer, Haut Conseiller à la Défense Britannique, chargé de la région MENA. Au cours de cet entretien, qui a eu lieu en présence de M. Simon Martin l'ambassadeur britannique accrédité à Rabat, les deux responsables se sont félicités des relations historiques d'amitié et de coopération militaire entre les deux Royaumes et les possibilités de la renforcer davantage, particulièrement en matière d'interopérabilité et d'échange d'expérience et d'expertise entre les deux Forces armées, indique un communiqué de l'Administration de la Défense Nationale. La coopération militaire maroco-britannique est régie par un Accord-cadre de coopération militaire et technique et un Accord sur le statut des forces (SOFA), précise la même source. Par ailleurs, des Commissions militaires mixtes se tiennent alternativement à Rabat et à Londres pour se pencher sur les différents aspects de la coopération militaire entre les Forces armées des deux Royaumes, conclut le communiqué.

• Le Maroc négocie avec trois nouvelles sociétés pour l’acquisition de futurs vaccins anti-Covid . Des négociations sont en cours avec trois nouvelles sociétés pour l'acquisition d'un vaccin anti-Covid 19 dès qu'il sera mis sur le marché international, a annoncé lundi le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani. Au cours de la séance mensuelle des questions de politique générale, M. El Otmani a souligné que les négociations en question interviennent dans la foulée des deux conventions signées avec deux producteurs de vaccins, en concrétisation des mesures préventives adoptées par le Royaume conformément aux directives royales pour enrayer l'épidémie. Le gouvernement est déterminé à mettre à disposition un vaccin sûr et efficace pour faire en sorte que le Maroc soit l'un des premiers pays au monde à s'en doter, a-t-il ajouté. Tout en jugeant difficile d'avancer une date concernant la mise sur le marché d'un vaccin, le chef du gouvernement a exprimé le souhait de voir une telle solution médicale disponible vers la fin d'année en cours ou au début de l'année prochaine.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Les réserves de sang ne couvrent plus que quatre jours . Au moment où le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a tiré la sonnette d'alarme sur le manque enregistré dans les réserves de sang, les centre régionaux ont lancé un appel humanitaire exhortant les donneurs à sauver les vies des patients et des personnes qui ont besoin de sang. En effet, plusieurs grandes villes marocaines ne disposent pour le moment que d'un stock de sang qui couvre 4 jours, tandis que les réserves nationales sont de 1250 poches de sang, ce qui ne couvre que 3 ou 4 jours. Si, le plus grand déficit est enregistré dans 5 villes, à savoir Casablanca, Rabat, Tanger, Fès et Oujda, c'est parce que ces villes disposent de Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) et d'hôpitaux publics, en plus d'un grand nombre de cliniques privées. Le besoin dans ces villes varient entre 150 à 500 poches de sang par jour. Afin de gérer ce déficit, le CNTS procède désormais par priorisation. Il s'agit en effet de prioriser, notamment, les enfants atteints de cancers, les victimes d'accidents de la circulation, les femmes enceintes souffrant d'hémorragies aigues.

Al Alam :

• Casablanca: Les mesures restrictives prolongées . Le gouvernement a décidé de prolonger, pour 14 jours supplémentaires à compter de ce lundi, la mise en œuvre des mesures décidées auparavant dans la préfecture de Casablanca pour faire face à la propagation du coronavirus (Covid-19). Dans un communiqué, le gouvernement précise que cette décision intervient suite aux conclusions des opérations de suivi quotidien et d'évaluation régulière effectuées par les comités de veille et de suivi de la préfecture de Casablanca, et en tenant compte des recommandations de la Commission scientifique et technique sur la nécessité de poursuivre les mesures nécessaires pour faire face à la propagation du coronavirus (Covid-19). Le gouvernement souligne que les mesures préventives prises auparavant seront maintenues au cours de cette période, appelant les citoyennes et citoyens au strict respect des directives des autorités publiques et des mesures préventives nécessaires dont la distanciation physique, les règles d’hygiène et l’obligation du port du masque.

Al Massae :

• L'oléiculture dans l’Oriental : Progression de 55 pc de la superficie en dix ans. La culture de l’olivier dans la région de l’Oriental a connu ces dix dernières années une hausse importante en termes de superficie, passant de 77.000 hectares en 2009 à 120.000 hectares en 2019, soit une progression de 55 pc. La filière oléicole a bénéficié d’un intérêt particulier depuis le lancement de l’ambitieux Plan agricole régional (PAR), souligne un communiqué de la Direction régionale de l’Agriculture, précisant dans ce sens que 30 projets ont été programmés pour un investissement global de 602 MDH. Couvrant une superficie totale d’environ 40.000 hectares, ces projets profitent à quelque 18.100 agriculteurs, fait savoir la même source, notant que 32.000 hectares ont été réalisés dans le cadre de l’agriculture solidaire du PAR pour un investissement de l’ordre de 384 MDH, et 11.000 hectares par des particuliers. Et de poursuivre que la hausse de 55 % de la superficie dédiée à la culture de l’olivier a permis de porter la production à 202.000 tonnes, avec un accroissement de 96 % par rapport à 2009.

Al Yaoum Al Maghribi :

• Bolsonaro: " Le Maroc est un partenaire stratégique pour le Brésil". Le Maroc est un partenaire "stratégique" pour le Brésil, a affirmé, lundi, le Président de ce pays sud-américain, Jair Bolsonaro, qui s'est félicité de l’"important rapprochement politique" entre les deux pays. M. Bolsonaro, qui intervenait par visioconférence lors du Forum économique Brésil-Pays arabes, a souligné que le Maroc est un fournisseur "essentiel" d’engrais et de fertilisants pour l'agro-business brésilien, rappelant l'accord de facilitation des investissements signé en 2019 entre le Royaume et le Brésil. "Le Maroc, avec lequel nous vivons un rapprochement politique important, constitue un partenaire stratégique pour le Brésil et pour notre agriculture, en ce qu'il est un fournisseur incontournable d'engrais", a-t-il dit. D'autre part, le président brésilien a estimé que les relations entre le Brésil et les pays arabes vivent leur "meilleur moment historique". "La qualité des relations politiques nous permettent d’ouvrir de nouveaux espaces de coopération dans des secteurs stratégiques comme la science, la technologie, l’innovation et l’énergie", a-t-il insisté. 

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• SRBM: hausse des ordres de paiement à 195.525 pour 4.437 MMDH en 2019. Le système des règlements bruts du Maroc (SRBM) a enregistré, au terme de l'année 2019, une hausse annuelle des ordres de paiement des participants directs tant en nombre qu'en volume, passant de 166.658 opérations en 2018 pour un montant de 4.290 milliards de dirhams (MMDH), à 195.525 opérations réalisées pour 4.437 MMDH, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Cette hausse en volume s'explique essentiellement par celle des virements clientèle, qui s’est établie à 1.582 MMDH en 2019 contre 1.399 MMDH en 2018, marquant une progression de 13%, précise BAM qui vient de rendre public son rapport annuel 2019 sur les infrastructures des marchés financiers et les moyens de paiement, leur surveillance et l'inclusion financière. Les virements interbancaires représentent 39% des échanges dans le système. Ils ont enregistré une augmentation en nombre de 23%, passant de 62.255 ordres de paiement en 2018 à 76.558 en 2019. Leur valeur globale, en quasi-stagnation, s’est établie à 2.855 MMDH en 2019 contre 2.891 MMDH en 2018.

Assahraa Al Maghribia :

• M. Bourita : la sécurité alimentaire et la chaîne logistique, deux piliers pour un partenariat stratégique entre le Maroc et le Brésil. La sécurité alimentaire et la chaîne logistique sont les deux piliers essentiels pour un partenariat stratégique entre le Maroc et le Brésil, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. "Dans le cadre de la vision de clarté et d'ambition prônée par SM le Roi Mohammed VI en matière de politique étrangère, le Maroc aspire à devenir un partenaire de référence du Brésil en Afrique et en méditerranée", a souligné M. Bourita qui intervenait par visioconférence à l’ouverture du Forum économique Brésil-Pays arabes, auquel a pris part notamment le président brésilien Jair Bolsonaro, Ce partenariat stratégique, a poursuivi M. Bourita, devrait se baser sur deux piliers : la sécurité alimentaire et la chaîne logistique, précisant que le Maroc est le premier exportateur mondial de fertilisants et d’engrais phosphatés, le groupe OCP jouissant d’un positionnement hautement compétitif au sein de l’agrobusiness du Brésil, au moment où ce dernier est une puissance agricole de notoriété mondiale, ce qui nécessite une plus grande sécurisation de l’approvisionnement des intrants d'engrais et de fertilisants pour son agriculture.

Rissalat Al Oumma :

• Club Med : Signature à Marrakech d'un Mémorandum d’Entente pour développer de nouveaux projets au Maroc. Un Mémorandum d'Entente a été signé lundi à Marrakech, entre le ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport Aérien et de l’Economie Sociale, l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) et le Groupe Club Med pour développer de nouveaux projets de cet opérateur touristique français au Maroc. Signé par la ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport Aérien et de l’Economie Sociale, Mme Nadia Fettah Alaoui, le Directeur Général de l’ONMT, M. Adel El Fakir, le Directeur Général de la SMIT, M. Imad Barrakad, et le Président Directeur Général du Groupe Club Med, M. Henri Giscard-D’Estaing, ce mémorandum d'entente vise à acter les projets de développement du Club Med et de ses partenaires investisseurs. Ce mémorandum d'entente se fixe également pour objectif de définir l’accompagnement qui sera mis en œuvre par le Département du Tourisme et ses entités afin de permettre la concrétisation de ces projets. Il est à préciser que ce mémorandum d’entente concerne trois projets à savoir : la rénovation du Club de Yasmina à Tétouan, le développement d’un nouveau village dans la station touristique Mogador à Essaouira, et l’extension et la rénovation du village Club Med à Marrakech. 





Nouveau commentaire :
Twitter

Revue du web | Coupures | Le Fil