Coupures.com est un Bulletin de veille
MAP - Reproduit ici le Jeudi 22 Octobre 2020

Maroc. Revue de presse quotidienne du 22/10/2020



Aujourd’hui Le Maroc :

• Fonction publique : Le salaire moyen est passé de 6.550 DH à 8.147 DH en 10 ans. Le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique est en hausse. Celui-ci a augmenté de 24,38% en dix ans (entre 2010 et 2020) en passant de 6.550 DH à 8.147 DH, soit une augmentation annuelle moyenne de 2,21%. Une amélioration du salaire mensuel net moyen de l’ordre de 1,84% a été constatée en 2020 par rapport à 2019. Cette hausse résulte de la revalorisation de personnel de l’Etat qui avait été décidée dans le cadre de la deuxième tranche des augmentations salariales conformément à l’accord du dialogue social du 25 avril 2019. Le niveau du salaire net moyen varie d’un département à l’autre. Le salaire moyen le plus élevé est dans le département de la justice (12.201 DH), suivi de celui de la santé (9.524 DH), l’éducation nationale et l'enseignement supérieur (9.203 DH), l’économie et les finances (8.220 DH) et l’Intérieur (6.637 DH). 

• Plus de 16,4 millions de bénéficiaires du Ramed à fin août 2020. L’année 2020 a été marquée par la poursuite de la mise en œuvre des programmes sociaux financés par le Fonds d’appui à la cohésion sociale. Depuis sa création et jusqu’à fin septembre 2020, ce fonds a contribué avec plus de 19 milliards DH au financement des divers programmes, à savoir le Ramed, le programme Tayssir, l'initiative royale «Un million de cartables», le programme d’assistance aux personnes à besoins spécifiques et le programme d’aides directes aux veuves en situation de précarité ayant des enfants à charge. L’extension du Ramed jusqu’à fin août 2020 a permis d’atteindre plus de 16,4 millions de bénéficiaires (6,6 millions de foyers ont été immatriculés). 

Maroc Le Jour : 

• Rabat-Salé-Kénitra : le taux de collecte des déchets ménagers a atteint 97%. Le taux de collecte des déchets professionnelle urbaine, au niveau de la Région de Rabat-Salé-Kénitra (RSK), a atteint 97% alors que l'objectif national se situe à 85% en 2016 et 90% en 2022, selon des données publiées par la Cour des comptes. Dans son rapport sur l'évaluation de l’exécution des contrats de gestion déléguée des services de collecte des déchets ménagers et assimilés, et de nettoiement dans la Région de RSK, établi par la Cour régionale des comptes (CRC), la Cour des comptes souligne que le recours au mode de gestion déléguée a fait bénéficier les communes de plusieurs acquis en termes de renouvellement du parc des engins de propreté, d’introduction de nouvelles prestations (lavage, balayage mécanique...), d'adaptation aux besoins et d'’amélioration des services rendus aux citoyens.

• Les centres culturels marocains mobilisés pour accompagner les MRE. Une réunion de coordination des membres de la commission intersectorielle de pilotage et de suivi des centres culturels marocains à l'étranger (CCME) a été tenue, conformément aux Hautes orientations royales, et ce pour prendre toutes les mesures nécessaires en vue de soutenir et d'accompagner les Marocains résidant à l'étranger, répondre à leurs attentes et aspirations et renforcer leur attachement à leur patrie, notamment chez les générations montantes, et afin d'évaluer et développer la gouvernance institutionnelle de l'offre culturelle destinée aux MRE, de manière à renforcer le rayonnement international du Royaume. S'exprimant à cette occasion, la ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger (MRE), Nezha El Ouafi, a affirmé que SM le Roi a donné à la culture une dimension holistique, ajoutant que le Souverain n'a cessé d'appeler, dans ses discours, à l'inclure parmi les composantes du capital immatériel, indique un communiqué du ministère délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger. 

L’Opinion :

• Hausse de plus de 7% des échanges interbancaires en 2019. Le nombre des échanges interbancaires transitant par le système interbancaire marocain de télé-compensation (SIMT) a atteint 84,9 millions d'opérations en 2019, contre 79,1 millions une année auparavant, soit une hausse de 7,4%, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Dans le même sillage, les valeurs compensées se sont élevées à 1.915,2 milliards de dirhams (MMDH), en progression de 2,4%, indique BAM dans son rapport annuel sur les infrastructures des marchés financiers, les moyens de paiement, leur surveillance et les initiatives d'inclusion financière au titre de l'exercice 2019.Le nombre des échanges mensuels des instruments de paiement a oscillé entre 5,9 et 8,3 millions d’opérations.

• Marrakech : Le musée Yves Saint Laurent de nouveau ouvert au public. La Fondation Jardin Majorelle vient d’annoncer la réouverture du musée Yves Saint Laurent après le succès de la réouverture du Jardin Majorelle et du musée Pierre Bergé des arts berbères. "Depuis plusieurs semaines, les équipes ont préparé la reprise des activités, en veillant à la sécurité du public ", indique cette institution culturelle dans un communiqué. Dans la foulée, la fondation a fait savoir qu’elle a publié les nouvelles conditions d’accueil au sein de ces espaces. 

Al Bayane :

• Assa-Zag: La famille de la Résistance et des membres de l'Armée de libération condamne les provocations du "polisario". La famille d'anciens résistants et membres de l'Armée de libération de la province d'Assa-Zag a condamné les récents actes de provocation menés par le "polisario" dans la zone tampon d'El Guergarat. Dans un communiqué, la famille de la Résistance et des membres de l'Armée de libération exprime "sa condamnation ferme et son rejet total" des gesticulations des séparatistes visant à obstruer la circulation civile et commerciale régulière au poste-frontière El Guergarat. Ces manœuvres dangereuses menées par le "polisario", "sur instruction du régime militaire algérien" dans cette zone tampon, constituent un "tournant critique" qui menace la stabilité et la sécurité dans la région. Il s’agit aussi "d’une violation flagrante" des Accords militaires et du cessez-le-feu, et "un mépris de la volonté des Nations Unies et des résolutions du Conseil de sécurité concernant le conflit régional artificiel autour du Sahara marocain", souligne le communiqué.

• PLF 2021 :Exonération de l'IR pour les salaires versés aux jeunes. Le projet de loi de finances 2021 a mis en place une mesure importante prévoyant d'exonérer de l'IR les salaires versés aux jeunes par les entreprises, afin d'appuyer l'insertion professionnelle des jeunes, a annoncé lundi soir à Rabat, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun. S'exprimant devant les deux chambres du Parlement, lors d'une séance plénière consacrée à la présentation du projet de loi de finances (PLF 2021), en présence du chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani et de plusieurs membres du gouvernement, M. Benchaâboun a fait savoir que cette mesure prévoit d'exonérer de l’IR durant 24 mois, les salaires versés aux personnes âgées de 30 ans au plus lors de leur premier recrutement, à condition que leur contrat de travail soit à durée indéterminée. Le gouvernement, a insisté M. Benchaâboun, poursuivra son soutien à l’investissement public, à travers l'injection d'un montant qui s'élève à 230 milliards de dirhams (MMDH), dont 45 MMDH du Fonds Mohammed VI pour l'investissement, suivant une approche qui valorise la création d'emplois, et donne la priorité au produit local et à l'entreprise nationale.

Al Massae :

• "La colombe blanche" reconfinée . Après la hausse impressionnante du nombre de contaminations au Covid-19 dans la ville de Tétouan, les autorités locales ont décidé, en coordination avec les autorités sanitaires, ont décidé d'imposer un ensemble de mesures restrictives dès mercredi afin de limiter la propagation du virus. Parmi les mesures phares, il s'agit d'un couvre feu de 22H à 05.00H, la fermeture des parcs, jardins publiques et des stades de proximité. Parallèlement à ces mesures, le Comité de veille local a informé les responsables des marchés hebdomadaires de l'obligation de fermer à 13H, tandis que les marchés de proximité pourront rester ouverts jusqu'à 17H. Les cafés, restaurants et commerces devront désormais baisser leurs rideaux à 22H au lieu de 23H auparavant.

• Le Maroc, une destination de choix pour les investissements dans le secteur touristique. Le Maroc possède tous les atouts pour être une destination de choix pour les investissements dans le secteur touristique, a souligné lundi à Marrakech, la ministre du Tourisme, de l'Artisanat, du Transport Aérien et de l'Economie Sociale, Mme Nadia Fettah Alaoui. "Nous croyons fermement que le Maroc a tout ce qu'il faut pour être une destination de choix pour les investissements dans le tourisme, et restons convaincus que les réalisations seront au rendez-vous de nos espérances", a ajouté la ministre qui s'exprimait à l'occasion de la cérémonie de signature d'un mémorandum d'entente entre le Groupe Club Med, le ministère du Tourisme, l'Office National Marocain du Tourisme (ONMT), la Société Marocaine d'Ingénierie Touristique (SMIT), permettant à l’opérateur touristique français de développer de nouveaux projets au Maroc.

Libération :

• 85 grèves ont fait perdre 49.900 jours de travail aux entreprises . Le ministre du Travail et de l'insertion professionnelle, Mohamed Amekraz a fait savoir, mardi à Rabat, que 1.218 grèves ont été évitées au niveau de 744 établissements, lors des neuf premiers mois de l'année 2020, grâce aux efforts déployés par son département. En réponse à une question orale sur "La problématique des salariés expulsés" posée par le groupe de l'Union marocaine du travail (UMT) à la Chambre des conseillers, M. Amekraz a indiqué que le ministère a permis d'éviter, lors des neuf premiers mois de l'année 2020, 1.218 grèves dans 774 établissements qui embauchent près de 89.800 salariés. Il a, aussi, précisé que son département a recensé 85 grèves dans 68 établissements, auxquelles ont pris part 5.293 salariés, faisant perdre aux entreprises concernées 49.900 jours de travail, soit un taux de participation de 51,38%.

• Nécessité de moderniser la statistique nationale pour mieux répondre aux crises . Le secrétaire général du Haut-Commissariat au Plan (HCP), Ayache Khellaf, a souligné mardi la nécessité de moderniser la statistique nationale pour anticiper et mieux répondre aux crises, à travers notamment la mise en œuvre de programmes de digitalisation et la recherche de sources alternatives de données. S'exprimant à l'occasion d'une rencontre virtuelle initiée par le HCP sous le thème "Rôle des statistiques officielles dans le contexte de la pandémie de Covid-19", M. Khellaf a relevé que la statistique nationale joue un rôle incontournable en tant que source d’indicateurs multiples et pertinents sur la progression de la réalisation des objectifs de développement durable qui deviennent un enjeu encore plus essentiel en période de crise. Tenant compte du contexte de la pandémie, différents défis ont été rencontrés par les institutions nationales chargées de la statistique officielle et d'autres producteurs de la statistique dans le cadre de leurs activités, a fait observer le responsable lors de ce webinaire organisé à l'occasion de la troisième journée mondiale de la statistique.

Akhbar Al Yaoum : 

• Fonction publique : plus de 200.000 retraités durant la dernière décennie. Entre 2010 et 2020, 205. 892 fonctionnaires ont été admis à la retraite, indique un rapport sur les ressources humaines accompagnant le PLF 2021, qui prévoit environ 55.488 retraités pour la période 2020/2024. Par ailleurs, le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique est en hausse. Celui-ci a augmenté de 24,38% en dix ans (entre 2010 et 2020) en passant de 6.550 DH à 8.147 DH, soit une augmentation annuelle moyenne de 2,21%, ajoute la même source, faisant état d’une amélioration du salaire mensuel net moyen de l’ordre de 1,84% qui a été constatée en 2020 par rapport à 2019. En outre, 8,5 milliards de DH seront absorbés au titre de la masse salariale (dialogue social, régularisation des promotions, …), toujours selon les prévisions du PLF 2021.

• PLF 2021/impôts indirects : le gouvernement table sur 90 MMDH supplémentaires. Selon les prévisions du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, les recettes fiscales devraient afficher une progression de 5,2% au titre de l’année budgétaire 2021, s’approchant des 195,6 milliards de dirhams. Cette amélioration résulterait de la hausse de 15,7% des impôts indirects (90 milliards de dirhams), de 35,8% des droits de douane (10,8 milliards de dirhams) et de 16,3% d’enregistrement et de droit de timbre (14,7 milliards de dirhams). Ramenées au produit intérieur brut (PIB), le montant global des dépenses (y compris les services de l’Etat gérés d’une manière autonome SEGMA et CST) se situeraient, selon le PLF 2021, à 26,8%. Pour ce qui est des dépenses ordinaires, elles sont estimées à près de 246,9 MMDH en 2021 (+4% par rapport à la LFR-2020), représentant ainsi 21,5% du PIB.

Al Yaoum Al Maghribi : 

• Le programme "Istitmar" a permis de créer 18.000 emplois durant la période de la crise sanitaire. Le programme "Istitmar" a permis de créer 18.000 nouveaux emplois et d'investir 2 MMDH dans les petites et moyens entreprises (PME) durant la période de la crise sanitaire liée à Covid-19, a souligné le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. En réponse à une question centrale autour de "La réhabilitation des PME" à la Chambre des conseillers, Elalamy a expliqué que le ministère a lancé de nouveaux programmes qui ont porté leurs fruits, notant qu'il s'agit du programme "Istitmar" ayant permis de créer 18.000 offres d'emploi et d'investir 2 MMDH dans les PME, en plus de trois autres programmes, à savoir "Mowakaba", "Tatwir" et "Nawat". Il a, dans ce sens, indiqué que l'Agence nationale pour la promotion de la PME (ANPME) œuvre quotidiennement avec ces entreprises pour trouver des solutions permettant de réaliser les résultats escomptés, ajoutant que pendant la crise sanitaire, qui a touché toutes les entreprises, de nouveaux programmes ont été lancés afin de leur apporter le soutien technique nécessaire.

• Serbie : cérémonie à Zajecar en hommage aux soldats marocains ayant contribué à la libération de la ville. Une cérémonie de commémoration de la libération de la ville serbe de Zajecar et d'hommage aux soldats marocains tombés lors des combats pour sa libération lors de la première guerre mondiale, a été organisée récemment dans cette ville du sud-est du pays. Cette cérémonie s’est déroulée en présence notamment de l’Ambassadeur du Maroc en Serbie, M. Mohamed Amine Belhaj, et l’Ambassadeur de France, Jean-Louis Falconi, ainsi que de hauts responsables du ministère serbe de la Défense et du ministère du Travail, de l’emploi et des vétérans de guerre, indique un communiqué de l’ambassade du Maroc à Belgrade. Le 19 octobre 1918, des unités de la première armée serbe et de la brigade de cavalerie du général Gambeta de l’armée française ont libéré la ville serbe de Zajecar et cette date est commémorée en tant que Jour de la Libération de la ville lors de la Première Guerre mondiale.

Al Alam :

• La pandémie perd du terrain, la vigilance reste de mise. Bien que les chiffres de contamination et des décès liés à la pandémie de Covid-19 au Maroc soient en constante augmentation, une études vient de relever que le virus est de moins en moins dangereux. En effet, Moulay Mustapha Ennaji, virologue et directeur du laboratoire de virologie à l'Université Hassan II à Casablanca, a indiqué que le virus est en train de perdre sa capacité infectieuse, notant toutefois que la vigilance doit rester de mise pendant l'automne. Le taux de létalité au Maroc ne dépasse pas 1.7%, argue-t-il, ajoutant que le taux d'occupation des lits de réanimation est d'environ 26%. Il s'agit d'indicateurs parmi d'autres qui montrent que nous n'avons pas encore atteint une situation qui nécessite une mobilisation totale des hôpitaux.

• Les Marocains toujours attachés au cash. La fréquence d’utilisation des Marocains en cash est en constante augmentation. Selon Bank Al-Maghrib (BAM), l’encours du cash en circulation s’est établi à 266.6 milliards de dirhams en 2019, dont 263 milliards de dirhams en billets de banque et 3.6 milliards en pièces de monnaie. Dans son rapport sur les infrastructures des marchés financiers (IMFs), les moyens de paiement, leur surveillance et les initiatives d’inclusion financière, la Banque centrale ajoute que la circulation des billets de banque a augmenté de 7.3% en termes de valeur et 6.3% en termes de volume, s'établissant à 263 milliards de dirham pour 1.8 milliard billets de banque.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• L'Etat empruntera près de 44MMDH en 2021. Le gouvernement compte emprunter 43.9 milliards de dirhams (MMDH) pour boucler le budget 2021, dont les ressources devraient s'établir à 423.1 MMDH en 2021, contre 461.6 MMH en 2020, soit une baisse de 6.39%. Ces ressources sont constituées de : 228,4 milliards pour le budget général de l’Etat (hors produits des emprunts moyens et longs termes), 2,18 milliards de dirhams pour les SEGMA, 94,3 milliards de dirhams pour les comptes spéciaux du Trésor et 107,2 milliards pour les recettes d’emprunts à moyen et long terme. Le montant total des charges s’établit en 2021 à 476 milliards de dirhams contre 507,5 milliards en 2020, soit une diminution de 6,2%. Elles se répartissent comme suit : 331,45 milliards de dirhams pour le budget général de l’état (hors amortissement de la dette publique à moyen et long termes); 2,18 milliards de dirhams pour les SEGMA; 93,38 milliards de dirhams pour les comptes spéciaux du Trésor; Près de 49 milliards de dirhams pour l’amortissement de la dette publique à moyen et long termes (dont 42,3 milliards au titre de la dette intérieure et 6,65 milliards au titre de la dette extérieure)

• Un film marocain primé à Bruxelles. "L'enfant de l'amour", un film du Marocain Houari Ghbari a remporté le prix du public au festival des films du sud de Bruxelles. Seul prix décerné lors de ce festival, il a été attribué au film du cinéaste marocain après un vote organisé à la suite d'un débat ouvert autour du film, et qui a connu la participation du public. Le festival a connu la participation de Yazid Kadiri avec son film "Dernier encre", Abdellatif Lafdil, avec "Philosophe" et Leila Msefer avec "Casa Ma Belle". Le scénario de "L'enfant de l'amour", qui traite de la problématique des libertés individuelles, fut écrit par Karima Hayek et Houari Ghebbari et tandis que la production a été assurée par la société de production "Rihab Prod". 

Rissalat Al Oumma :

• Le Groupe d'amitié parlementaire Bolivie-Maroc appelle les nouvelles autorités boliviennes à renforcer la coopération avec le Royaume. Le Groupe d'amitié Bolivie-Maroc au Parlement du pays sud-américain a appelé les nouvelles autorités boliviennes à renforcer la coopération avec le Royaume dans tous les domaines, notamment politique et parlementaire. Dans un communiqué signé par le député Shirley Suarez Antelo, du parti du "Mouvement vers le Socialisme" (MAS), le Groupe d'amitié a appelé les nouvelles autorités politiques issues des élections générales, tenues dimanche dernier, à mettre en œuvre les mécanismes de consultations bilatérales afin de développer et de renforcer la coopération entre la Bolivie et le Maroc. A cet égard, elle a souligné la nécessité de "renforcer le dialogue politique, diplomatique et culturel avec le Royaume dans le cadre d'une coopération constructive" entre les deux pays, affirmant la ferme volonté de la Bolivie et du Maroc de renforcer leurs relations.

• Tanger : un mineur disparu dans des conditions suspectes retrouvé. Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger ont retrouvé, mercredi dans les premières heures du matin, un enfant âgé de 12 ans qui faisait l'objet d'une recherche dans l'intérêt de la famille (RIF) suite à sa disparition dans des conditions suspectes. Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que la brigade de la police judiciaire relevant du district de sûreté de Berrechid a été avisé mardi de la disparition de l'enfant mineur dans des conditions mystérieuses, ajoutant que les recherches et investigations menées par les différents services de la sûreté nationale ont permis de localiser le disparu et de le retrouver sur la voie publique à Tanger, ville vers laquelle il avait voyagé. Les procédures de recherche, menées par la brigade des mineurs relevant du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger sous la supervision du parquet compétent, ont révélé que le mineur avait quitté le domicile de sa famille d'une façon volontaire et sans aucune suspicion criminelle, a précisé la même source.

Bayane Al Yaoum :

• Pesticides : les céréaliculteurs redoutent une flambée des prix. Après les dernières précipitations enregistrées dans plusieurs régions du Royaume, les céréaliculteurs se préparent à la saison des labours, a indiqué Kacem Karimi, président d’une coopérative agricole du Gharb, rappelant que cette période est propice à la récolte des céréales. Les agriculteurs aspirent en effet à une bonne pluviométrie pour réaliser des résultats probants et rattraper les pertes écoulées durant la campagne agricole précédente, a ajouté Karimi, notant que la saison agricole 2017-2018 a été caractérisée par une récolte record de 103 millions Qx. Les petits agriculteurs sont confrontés à la flambée des prix des pesticides, a-t-il déploré, appelant à accompagner les agriculteurs, à prodiguer des conseils agricoles périodiques et contrôler les prix des pesticides. 

• Laâyoune: La CSMD rencontre des chercheurs agricoles et jeunes porteurs de projets. Le président de la Commission spéciale du modèle de développement (CSMD), Chakib Benmoussa, a rencontré des chercheurs en agriculture durable et des jeunes porteurs de projets issus de la région Laâyoune-Sakia El Hamra. Ces séances d'écoute font partie de la démarche adoptée par la CMSD visant à récolter les propositions et contributions de tous les acteurs dans un climat de transparence et d’ouverture pour un modèle de développement participatif et inclusif. L’objectif est de faire la lumière sur la recherche multidisciplinaire que cet établissement fournit dans des domaines stratégiques pour la région, en particulier, et le continent africain en général, portant sur les moyens d'assurer une sécurité alimentaire durable qui contribue au bien-être de la population.





Nouveau commentaire :
Twitter

Revue du web | Coupures | Le Fil