le Lundi 31 Mai 2021

NosSources, nouvel outil de transparence de l'information de France Télévisions




Article rédigé par

"D’où sortez-vous ce chiffre ?", "peut-on en savoir plus sur l’étude que vous citez ?", "qui est cet expert que vous interrogez ?", ces questions et bien d’autres parviennent régulièrement aux équipes de France Télévisions, par exemple dans le Live de franceinfo, auprès du service des relations téléspectateurs ou via le médiateur de l’information. NosSources permet de répondre préventivement à ces interrogations plus que légitimes. Bien sûr, les journalistes sont habitués à citer les références de leurs informations dans les reportages. Mais "cela va souvent trop vite, et vous n’exploitez qu’une petite partie des données que vous consultez", nous écrivait une téléspectatrice récemment.

Une exigence de transparence du public

L’idée de nosSources est justement venue des téléspectateurs, consultés dans la grande opération de dialogue de 2019 Médias et Citoyens. Certainement le plus grand chat jamais réalisé avec le public.

Voici ce qu’y écrivait, par exemple, une personne au pseudo énigmatique, Tog7, qui se reconnaîtra : "Sans possibilité offerte aux lecteurs, auditeurs, spectateurs, de connaître, pour chaque information, les sources qui ont présidé à son élaboration, alors la confiance ne sera pas au rendez-vous. Cette absence de traçabilité des sources est, aujourd'hui, l'une des causes principales de la perte de crédibilité des journalistes (…) Le paradoxe c'est qu'on peut acheter un produit (yaourt, viande, légume, quasiment l'ensemble de la consommation alimentaire) et accéder sur le produit lui-même, ou via des applications, à une masse d'informations qui permettent de choisir, de faire la différence. Dans les médias, la marque du média est censée se porter garante de la qualité de l'information. Ça ne marche plus comme ça."

Nous avons été frappés par la pertinence du propos, par ailleurs loin d’être isolé. Il nous fallait bouger, innover. Encore fallait-il imaginer un moyen simple et adapté à la production de plusieurs centaines de reportages par jour, dans les journaux télévisés nationaux, régionaux et ultramarins, dans nos magazines et émissions.

Comment ça marche ?

Régulièrement dans les JT nationaux, la possibilité de consulter nosSources sera rappelée :

Exemple de renvoi vers nosSources sur franceinfo.fr, au sein d'un sujet de JT (FRANCE TELEVISIONS) Exemple de renvoi vers nosSources sur franceinfo.fr, au sein d'un sujet de JT (FRANCE TELEVISIONS)

Lorsqu’un reportage cite une source dans un JT de France 2 ou France 3 (par exemple un sondage, une étude scientifique), rendez-vous sur le site de franceinfo.fr, onglet JT. Sélectionnez le JT correspondant, puis le sujet qui vous intéresse. A la fin du texte qui accompagne la vidéo, vous trouverez non seulement la liste des sources, mais aussi, à chaque fois que c’est possible, un lien vers la source en question. Non seulement, nous garantissons la transparence de notre travail, mais nous apportons aussi un service supplémentaire au public en facilitant ses recherches éventuelles. Attention : les sujets des JT ne sont pas tout de suite accessibles lors de leur passage à l’antenne. Il vous faudra patienter un peu.Pour les magazines d’information de France 2 et France 3, le principe sera le même : nosSources seront accessibles en marge du replay. Dans les JT régionaux, un QR code sur l’écran permettra prochainement d’accéder directement au site et aux sources citées. Un dispositif comparable sera déployé dans nos JT d’outremer cet automne.

Enfin, franceinfo canal 27 affichera l’accès à nosSources pour les magazines "L’info s’éclaire" diffusé de 9h à 9h50 (rediffusion à 13h) et "Votre Instant Politique" programmé de 19h à 20h, ainsi que sur les présentations sur le grand écran tactile, lors des tranches d’information.

Quels sujets ou chroniques seront-ils "sourcés" ?

Tous ceux qui citent des sources ou des références, ou dans lesquels des expertes ou experts sont interrogés. Une biographie sommaire, accompagnée si possible de liens, présentera les experts en question, les organisations auxquelles ils appartiennent ou ont appartenu, leurs employeurs si c’est pertinent. Certains reportages (par exemple une immersion dans telle ou telle groupe ou situation) ne nécessiteront pas de citer des sources.

Quelles sources seront-elles citées ?

Toutes les informations "documentables", ainsi que les biographies sommaires des experts. Certaines études, sans être secrètes, sont protégées par des droits. Autrement dit, elles sont payantes, voire tout simplement interdites, dans leur intégralité, au grand public. Dans ce cas, nous le signalerons clairement, tout comme la langue de l’étude. Nous pourrons aussi citer les articles de confrères, si et seulement si nous avons pu en vérifier le contenu.

Et bien entendu, nous ne dérogerons pas à la déontologie fondamentale du journalisme : certaines sources doivent rester anonymes, et leur protection est notre devoir.



Source : https://www.francetvinfo.fr/economie/medias/nossou...