Par admin le Vendredi 21 Mai 2021

Un leader sahraoui malade fait vaciller l’alliance entre l’Espagne et le Maroc.




Par ARITZ PARRA

LOGRONO, Espagne (AP) – Le mystérieux patient du COVID-19 est arrivé à un aéroport du nord de l’Espagne dans un jet privé. Une ambulance a transporté l’homme de 71 ans sur une autoroute qui passait devant des vignobles de la Rioja jusqu’à un hôpital public ultramoderne de la ville de Logrono.

Le patient a été envoyé directement dans un lit de soins intensifs, enregistré le 18 avril avec l’identité figurant sur son passeport diplomatique algérien : Mohamed Benbatouche.

Il s’est avéré être Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, un mouvement indépendantiste soutenu par l’Algérie et représentant le peuple sahraoui du Sahara occidental, en Afrique. La présence de Ghali en Espagne sous une identité déguisée n’est pas passée inaperçue auprès du gouvernement du Maroc, le pays qui a annexé le Sahara occidental il y a près d’un demi-siècle.

Rabat, qui considère Ghali comme un terroriste, a protesté contre la décision de l’Espagne d’accorder une assistance humanitaire à son principal ennemi. Il a menacé qu’il y aurait des « conséquences ». Et elles se sont finalement concrétisées cette semaine lorsque le Maroc a baissé sa garde à la frontière avec Ceuta, une ville espagnole perchée sur le littoral nord-africain.

Ce mouvement a permis à des milliers de migrants d’entrer à Ceuta, dont beaucoup d’enfants qui ont nagé ou sauté par-dessus des clôtures.

La crise humanitaire est devenue un point sensible entre les deux voisins. Le Maroc a rappelé son ambassadeur à Madrid. L’Espagne est sous le feu des groupes de défense des droits de l’homme pour avoir repoussé la plupart des intrus en vrac, ce qui est illégal au regard du droit international.

Et dans ce qui ressemble à une affirmation de sa souveraineté sur Ceuta, que de nombreux nationalistes marocains considèrent comme une colonie de Madrid avec la ville espagnole voisine de Melila, l’Espagne a déployé des soldats à la frontière. Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a également fait un voyage rapide dans la ville accablée.

La région du Sahara occidental s’étend le long de la côte atlantique de l’Afrique et abrite environ 600 000 personnes. Depuis que le Maroc a annexé le territoire en 1975, comblant ainsi le vide laissé par le retrait de l’Espagne en tant que puissance coloniale, la communauté internationale est divisée sur sa reconnaissance, la plupart des pays soutenant les efforts déployés depuis longtemps par les Nations unies pour trouver une solution négociée.

L’annonce par les États-Unis, à la fin de l’année dernière, de leur soutien à la revendication de Rabat – en échange de la normalisation des relations diplomatiques du Maroc avec Israël – a sapé ces efforts, ralliant d’autres pays derrière la proposition du Maroc d’accorder une plus grande autonomie au territoire.

La promotion d’un référendum d’autodétermination a été le principal objectif de M. Ghali, qui a été élu président de la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée en 2016. Il a auparavant occupé le poste de ministre de la défense de cette république et a été diplomate du Polisario en Espagne (1999-2008) et en Algérie (2008-2015).

Ghali, qui portait des treillis de combat alors qu’il prenait la parole en février lors d’un défilé militaire marquant le 45e anniversaire de la RASD, a appelé la nouvelle administration américaine du président Joe Biden à trouver une solution qui permettrait aux Sahraouis « de jouir de leur droit inaliénable à la liberté et à l’indépendance. »

À l’hôpital San Pedro de Logrono, il y a peu de signes de la présence de l’homme fort du Polisario. Des personnes connaissant son état de santé disent qu’il est sorti récemment de trois semaines de soins intensifs. Un agent de sécurité effectue des contrôles d’identité sur le personnel médical et les visiteurs qui entrent dans le service COVID-19. À l’intérieur, Ghali reçoit une visite quotidienne de son médecin personnel, un médecin algérien, selon un rapport de police vu par l’Associated Press.

« Ils ont probablement choisi cet endroit parce que rien ne se passe jamais ici, et que nous faisons rarement la une des journaux », a déclaré Milagros Capellán, 64 ans, une habitante du quartier, en quittant l’hôpital après un contrôle médical. « Cela semble étrange que cela soit lié aux très tristes développements à Ceuta ».

Les responsables des services de renseignement marocains savaient où se trouvait Ghali depuis le moment où le jet algérien transportant Ghali a atterri en Espagne le mois dernier, divulguant sa présence aux médias et exposant ce qui avait été conçu par l’Espagne comme une opération « humanitaire » secrète.

« Qu’est-ce que l’Espagne attendait du Maroc en accueillant un responsable d’un groupe qui porte des armes contre le royaume ? » Le ministre marocain des droits de l’homme, Mostapha Ramid, a écrit sur Facebook mardi.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères a réagi le lendemain en rendant le Maroc responsable du chaos à la frontière : « Cela nous déchire le cœur de voir nos voisins envoyer des enfants, même des bébés… (car) ils rejettent un geste humanitaire de notre part », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Arancha González Laya.

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a refusé de répondre aux questions de l’AP sur les raisons pour lesquelles il a accepté de traiter le Ghali alors que d’autres gouvernements européens avaient refusé. Un fonctionnaire au courant de la décision, qui a requis l’anonymat en raison de sa nature sensible, a déclaré que la demande a été faite directement à González Laya par son homologue algérien, Sabri Boukadoum.

Avant que la demande ne soit acceptée, elle avait provoqué de profondes divisions au sein du cabinet de M. Sánchez, a précisé le fonctionnaire.

À condition que son rétablissement se passe bien, l’avenir du Ghali est désormais entouré d’incertitudes. Sa localisation étant connue, un retour discret à Tindouf, en Algérie, où se trouvent les camps de réfugiés sahraouis, semble hors de question.

Pour compliquer encore les choses, l’Audience nationale espagnole a rouvert mardi une enquête pour génocide datant de 2008 contre Ghali et 27 autres membres du Polisario. Un juge d’instruction avait classé l’affaire l’année dernière parce que le tribunal ne parvenait pas à localiser les accusés.

Ghali doit également témoigner le 1er juin devant le même tribunal de Madrid dans le cadre d’un procès intenté en 2019 par un militant sahraoui qui affirme avoir été torturé dans les camps de réfugiés pour son opposition au Polisario.

Le 10 mai, un officier de police a rendu visite au chef du Polisario pour lui remettre une convocation au tribunal pour le procès. Selon le rapport de police vu par l’Associated Press, Ghali a refusé de signer la convocation, demandant « plusieurs jours » pour consulter l’ambassade d’Algérie et d’autres conseillers.

González Laya a déclaré que l’accord de l’Espagne avec Ghali ne concernait que le traitement médical, ce qui suggère que le gouvernement ne facilitera pas son départ immédiat. « S’il a des affaires en cours avec la justice espagnole, il devra se présenter (devant le tribunal) », a-t-elle déclaré à la radio publique espagnole.

Derrière les actions en justice contre Ghali se cachent des groupes de Sahraouis alignés sur la position du Maroc. L’Asadesh, qui signifie Association sahraouie pour les droits de l’homme, accuse 28 membres du Polisario d’avoir tué, torturé, détenu illégalement et enlevé des prisonniers et sa propre population sahraouie, dont certains, selon le groupe, auraient été contraints de rester dans des camps de réfugiés contre leur gré.

Pedro Altamirano poursuit également Ghali pour avoir prétendument inspiré les menaces que le journaliste espagnol et responsable d’une plateforme récemment créée pour soutenir la « réunification sahraouie » a reçues de la part de citoyens du net en ligne.

« La seule chose qui ne peut pas arriver est que, par la main du diable, cet homme quitte le pays sans comparaître devant un juge », a déclaré Altamirano, qui soutient la revendication du Maroc sur le Sahara occidental.

Associated Press, 20 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, Maroc,

The post Un leader sahraoui malade fait vaciller l’alliance entre l’Espagne et le Maroc. first appeared on Maghreb Online.



Source : https://moroccomail.fr/2021/05/20/un-leader-sahrao...